À son tour, la Belgique veut bloquer les sites de paris en ligne

Les jeux ont la frite 34
Marc Rees
La Chambre des Représentants de Belgique avait approuvé le projet de loi sur les jeux de hasard début décembre. « Le secteur des jeux de hasard, c'est du gros business » expliquait alors le Secrétaire d'État belge à la Lutte contre la fraude, Carl Devlies, attribuant une mission impérieuse à ce texte : « Le but est d'assurer une meilleure protection du joueur ».

casinos jeux argent

Évidemment, protéger le joueur sur Internet est une autre paire de manche. En France, la récente loi sur les jeux d’argent en ligne se satisfait d’un régime d’agréments délivrés sous conditions, aux sites qui en font une demande. Agrément, en poche : feu vert. Pas d’agrément : la porte. L’absence d’agrément peut en effet entraîner le blocage pur et simple sur le net, après décision d'un juge. Cependant, les modalités pratiques qui n’ont pas encore été entrevues par les instigateurs de ce texte.

En Belgique, la loi confère à une commission sur les jeux de hasard des pouvoirs larges : outre un pouvoir d’amende administrative, elle peut, par décision motivée, « adresser des avertissements à toute personne physique ou morale qui commet une infraction à la présente loi ou à ses arrêtés d’exécution, suspendre ou révoquer la licence pour une période déterminée et interdire provisoirement ou définitivement l’exploitation d’un ou de plusieurs jeux de hasard ».

De ces pouvoirs, le Secrétaire d'État a une vision très ferme et qui s’inspire de la loi française : par un régime d’autorisation, il veut bloquer les sites de jeux étrangers démunis de ce fameux agrément. Là encore, rien n’est dit sur la méthode. Selon un journal flamand, les sites devront en pratique opérer depuis la Belgique. Cela exclura mécaniquement l’ensemble des opérateurs basés à l’étranger qui n’auront (évidemment) pas (tous) pensé à créer une succursale dans ce pays... Pour le secrétaire d’État, qu’importe : ce secteur est aujourd’hui une « jungle ».

« Rien que l'an dernier, on a joué pour 2,2 milliards d'euros dans notre pays. Si on transpose, cela signifie que chaque Belge a consacré un peu plus de 200 euros aux jeux de hasard l'an dernier ». Particularisme local mise en avant par l’agence Belga : le législateur belge ne considère pas les loteries comme des jeux de hasard.

En France, on se souviendra que le député UMP des Yvelines Jacques Myard a la certitude que le contournement de ces mesures de blocage sera complexe  : « Non, ce n'est pas si facile que ça. J'ai rencontré des sociétés du secteur de l'armement qui affirment que le blocage est parfaitement possible ». Comment ? En se dotant  « d'une batterie d'ordinateurs très puissants ». Et de gros câbles RJ45 ?