Free, coupable du gel des emplois selon Bouygues Télécom

Bouygues se lâche 148
Nil Sanyas
D'ici dix ou quinze jours, l'ARCEP devrait annoncer si oui ou non Free Mobile disposera de la fameuse quatrième licence 3G. Pour beaucoup, dont Bouygues Télécom, les jeux sont faits : un nouveau concurrent sera dans la course dans quelques années. Olivier Roussat, directeur général délégué de BT depuis près de trois ans, a livré au Figaro des propos assez surprenants.

Free coupable du gel des emplois de Bouygues Télécom ?


Fring iPhone VoIP SkypePremière nouvelle, et non des moindres, Bouygues autorisera ses clients à utiliser la VoIP l'an prochain. L'Internet "illimité" des opérateurs, qui n'est en fait qu'un accès au Web, parfois aux emails selon les options et à MSN Live Messenger, verra donc un protocole supplémentaire s'ouvrir en 2010, à l'instar d'AT&T qui permet déjà d'exploiter la VoIP outre-Atlantique. On rappellera aussi que l'Europe s'est déjà penchée sur ce dossier il y a plusieurs mois de cela et que plusieurs organisations critiquent les opérateurs pour ce cloisonnement de l'Internet Mobile (un abonnement "data" est neutre, qu'il transporte de la voix ou des images ou des textes...)

Reste à connaître les modalités. Les logiciels de téléphonie exploitant la VoIP pourront-ils être exploités, alors qu'ils concurrencent directement les opérateurs mobiles ?

Deuxième nouvelle, qui ressemble à une blague : « Bouygues Telecom a gelé toutes ses embauches depuis le lancement de l'appel à candidatures » pour la quatrième licence 3G. « Bouygues Telecom est obligé de se préparer à l'arrivée de Free en réduisant ses coûts fixes » explique Olivier Roussat, qui reprend donc un thème si cher à son patron, Martin Bouygues, qui l'année dernière avait affirmé que l'arrivée de Free détruirait 10 000 à 30 000 emplois dans le secteur...

« Si le gouvernement autorise un nouvel entrant à venir faire de l'ultra-low cost dans le mobile, il prend une lourde responsabilité. À terme, une guerre des prix peut provoquer de 10 000 à 30 000 pertes d'emplois chez les opérateurs. Ce sont des choix lourds de conséquences, surtout s'il s'agit de favoriser quelqu'un qui n'investit pas ! »

Quelques mois plus tôt, ce même Martin Bouygues avait même menacé de quitter le marché si le nouvel entrant était avantagé financièrement afin de faciliter son déploiement...

Deux fois moins de clés 3G vendues...


Autre nouvelle, que notre édito du mois dernier laissait déjà entendre, les affaires des factures exorbitantes des clients Orange ont eu des conséquences négatives sur ses concurrents. « Les déboires de quelques clients Orange ont effrayé les consommateurs : nous vendons deux fois moins de clés 3G depuis ces événements ! » a ainsi constaté le directeur général délégué de Bouygues Télécom, alors que l'opérateur bloque ou informe au maximum ses clients, que ce soit en national ou à l'étranger, afin d'éviter ce genre de désagrément.

Enfin, concernant la fibre optique, Olivier Roussat vante son partenariat avec Numericable. Si des investissements dans la fibre ne semblent pas d'actualité, Roussat avoue que la meilleure solution serait de proposer un réseau commun afin de réduire au maximum les coûts : « La concurrence doit se faire sur les services, pas sur les infrastructures. Le bon sens aurait été de créer un grand réseau commun à tous. »