Hadopi étendu au livre, Albanel prise comme missionnaire

« Compte tenu de votre expérience de ce secteur, il vous est demandé de faire des propositions concrètes visant à faciliter l'exposition des éditeurs français sur internet et la mise en œuvre par les entreprises de propositions commerciales attractives en ligne. » Ce petit mot n’a pas été adressé à un professionnel de l’édition, à un prix Nobel d’économie ou de littérature, mais à Christine Albanel, qui devrait occuper d'ici quelques mois la présidence de la BNF.

albanel

Des conclusions attendues le 1er avril

L’ex-ministre de la Culture, qui aura surtout brillé par son degré de compétence du fait informatique durant Hadopi, vient finalement de trouver une nouvelle occupation. Sur proposition de Frédéric Mitterrand, François Fillon lui a confié une mission sur la numérisation des livres et la lutte contre le piratage des contenus dans l'édition. Sans surprise, ses conclusions devront être rendues le 1er avril prochain. 

« Sensibilisation auprès de la Commission européenne et des ministres européens en charge de la Culture », les offres de numérisation « faites aux bibliothèques publiques par des entreprises comme Google » seront le premier chapitre de sa future œuvre. Le second traitera de « l'adaptation du secteur de l'édition à la lutte contre le piratage de ses contenus », car, dit-on en enfonçant des portes ouvertes « le gouvernement ne peut accepter de voir une nouvelle industrie culturelle menacée par le pillage ». Le champ lexical est le même que celui précédant l’installation de la mission Olivennes. Seul l’objet change.

L'Hadopi du livre numérique

Christine Albanel devra ainsi « expertiser les conditions dans lesquelles le secteur de l'édition pourrait le mieux tirer parti des mesures de protection et de dissuasion qui seront mises en œuvre par Hadopi ». La mission ne sert dès à présent à rien puisque la loi Hadopi peut être calibrée pour protéger n’importe quel droit d’auteur, que ce soit ceux de la musique, du cinéma, mais aussi de la presse, du livre, de la bédé, les partitions, les dessins, la peinture, la sculpture, la photo, etc. 

Le dernier chapitre portera évidemment sur l’offre légale et la nécessité de la « développer très rapidement ».

On se souviendra que durant les débats à l'Assemblée, Christine Albanel recommandait à un abonné pris par l'Hadopi d'apporter son disque dur : « c’est un élément de preuve que le téléchargeur illégal pourra adresser à l’HADOPI. (…) Au bout du long processus qui aboutit à la sanction, le disque dur fait partie des éléments de preuve : je ne vois pas où est le problème. » Typiquement le genre de bonne idée qui peut développer très rapidement le marché du stockage.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !