Nom de domaine : croissance de 25% pour le .Fr

Extension expansée 31
Dans son Observatoire du marché des noms de domaine en France, l’AFNIC tente de cerner une nouvelle fois les mutations du marché des noms de domaine en .Fr, et ce à l’aide de chiffres clés. « L’extension .fr se porte bien en dépit du contexte économique » résume l’organisme chargé de gérer cette extension française. En plein débat identitaire, on note cette année encore que « l’extension .fr est associée à la francophonie, à la proximité et à l’appartenance ».

afnicCe .Fr a connu 25 % de croissance annuelle contre 8 % pour les autres extensions au niveau mondial. Elle représente aujourd’hui une extension sur trois en France (33%). Un phénomène expliqué par l’AFNIC « en grande partie lié au fait que le .fr représente plus de 80 % de la croissance nette du marché, dopé par sa qualité d’extension préférée des Français mais aussi par une automatisation et une simplicité accrues des procédures ».

Le rythme de progression du .fr a été multiplié par deux depuis 2006 et depuis l’ouverture aux particuliers, un domaine sur deux en .fr est enregistré par un non professionnel. « Le taux de renouvellement des .fr reste par ailleurs très élevé, de l’ordre de 80 % » se félicite l’Afnic. Quand au second marché, il enregistre une croissance encore plus forte, à 35% en volume. « Le .fr est l’extension la plus valorisée dans ces transactions, illustrant la valeur d’actif que représentent les noms de domaine pour leurs détenteurs ».

En valeur, le marché tourne autour de 12 euros hors taxes, une moyenne qui cache des contrastes « entre les acteurs orientés vers les entreprises et les acteurs ciblant les particuliers ».

Autre chiffre : trois quarts des noms de domaine en .fr conduisent à un site Web effectif, majoritairement des sites pros (97%). Pour le quart restant, pas de surprise : les utilisateurs utilisent leur nom de domaine comme support d’adresses de messagerie personnalisées.

Pour les années à venir, on attend de profondes mutations du fait de la création de nouvelles extensions génériques par l’ICANN. Enfin, signalons l’utilisation des adresses IPv6 qui a fortement progressé sous le .fr en 2009 : « 5 % environ des .fr annoncent IPv6 pour le DNS et 2 % pour le Web, la proportion étant moindre pour les serveurs de messagerie ».