Des hackers à l'origine d'un éventuel Climategate

L'e-guerre froide 247
La nouvelle fait le tour du Web, et pourrait bien relancer le débat sur l'importance du Net et sa capacité à rétablir la vérité... ou à cultiver la désinformation. Des hackers (russes ?) ont en effet réussi à infiltrer la semaine dernière le réseau du centre de recherche sur le climat (CRU : Climatic Research Unit) de l'Université anglaise d'East Anglia. Des centaines de documents et courriels privés ont ainsi été dérobées et publiées sur la toile.

Une histoire de crédibilité


Si à première vue, il ne s'agit que d'une intrusion parmi tant d'autres, le problème vient du contenu des courriels internes des chercheurs. En effet, le CRU fournit depuis des années ses données sur les températures au GIEC, groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (ou IPCC, Intergovernmental Panel on Climate Change).

Le GIEC a selon son site officiel « pour mission d'évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d'ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d'origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d'éventuelles stratégies d'adaptation et d'atténuation. »

Courbe crosse hockey dioxyde de carbone

Or depuis de nombreuses années, l'écologie est au cœur des débats. Principal argument des écologistes : la croissance anormale de la pollution (et de la température) lors du XX siècle, après 900 ans de quasi stabilité. C'est le fameux graphique en forme de crosse de hockey (ici pour le dioxyde de carbone), utilisé partout. Face à un tel constat, il est plus que normal de s'alarmer et de réagir.

Mais de nombreuses voies s'élèvent justement contre ce constat. Pour beaucoup, dont des chercheurs, cette courbe est totalement fictive et n'est le fruit que de sélections de données et d'exclusions d'autres données discordantes. Cette courbe ne serait là que pour manipuler la population, certains allant jusqu'à parler de lobby écologique.

Des critiques confirmées par les courriels internes (s'ils sont vrais bien sûr) captés par les hackeurs. Certains courriers électroniques parlent ainsi de masquer diverses baisses de températures afin de garder intacte la crosse de hockey. D'autres emails insistent sur la suppression de conversations confidentielles ou encore le boycott de revues scientifiques publiant des études opposées aux leurs. Mais ces discussions sont souvent floues et sujettes à interprétation diverses.

Cependant, un courriel en particulier a retenu l'attention de tous. Rédigé en 1999 par Phil Jones, le directeur du CRU, voici la traduction de cet email : 

 Je viens de finir d'utiliser l'astuce de Mike (NDLR : Michael E. Mann, à l'origine de la courbe en crosse de hockey) de Nature (NDLR : la fameuse revue scientifique) qui consiste à incorporer les vraies températures à chaque série depuis les 20 dernières années (i.e. depuis 1981) et depuis 1961 pour celles de Keith afin de masquer le déclin.

 
Selon un communiqué du CRU, qui confirme le hack, la plupart des propos des courriels sont hors contexte et mènent donc à des incompréhensions. La police a été contactée, et une enquête est en cours.

Le professeur Phil Jones a d'ailleurs profité de ce communiqué pour revenir sur le courriel cité ci-dessus. S'il confirme sa parfaite authenticité, Phil Jones indique toutefois que « le terme astuce a été utilisé ici familièrement comme une chose intelligente à faire ». Rien vis-à-vis du terme masquer cependant.

PC INpact n'est bien sûr pas là pour annoncer quel est le vrai du faux dans cette histoire. Nous en serions bien incapables. Reste que cette histoire aura assurément de graves conséquences sur la crédibilité du CRU, du GIEC et toutes personnes utilisant les données et arguments de ces derniers...

L'Université anglaise en est d'ailleurs parfaitement consciente et note que ces informations ont été volées et sélectionnées afin de dénigrer tous ceux pensant que l'activité humaine a un impact négatif sur le climat.

Vous pouvez retrouver d'autres traductions des courriels sur LePost (et bien d'autres sites).

D'ores et déjà, l'intégralité des documents est disponible en téléchargement sur File Dropper, MegaUpload et via BitTorrent. Vous pouvez aussi visualiser les centaines de courriels directement sur votre navigateur grâce au site dédié AnelegantChaos.org.

Les premiers courriels datent de 1996, et les derniers du 12 novembre 2009.