Clé 3G : l'UFC-Que Choisir veut la fin des termes Illimité et Internet

L'association UFC-Que Choisir, qui s'intéresse de près à la téléphonie mobile et aux dérives des opérateurs, a profité de la période actuelle pour donne son point de vue au sujet des factures faramineuses qui ont touché divers clients Orange utilisant une clé 3G (voir notre résumé de ces histoires).

Les clés 3G et les forfaits 3G, ce n'est ni un accès à Internet, ni illimité


orange abonné facture dessin snutComme bien des spécialistes et des consommateurs, l'UFC milite pour une clarification des offres "illimitées". L'association « demande une remise en cause de la dénomination commerciale utilisée pour vendre les connexions 3G » peut-on lire dans un communiqué de presse officiel.

Plus précisément, l'UFC ne souhaite qu'une chose essentielle : que l'on arrête d'utiliser les termes illimité et Internet, tous les deux faux. Le premier ne concerne que le temps d'utilisation, sans prendre en compte les données transférées (le fameux "data"). Quant au second, sa définition est bien différente du Web (qui n'est qu'une composante d'Internet, qui regroupe les mails, le chat, le P2P, les newsgroups, la VoIP, etc.). Mais le grand-public ne fait de toute façon pas la distinction entre les deux. Une situation dénoncée plusieurs fois par Benjamin Bayart, président de FDN, plus ancien FAI français, qui refuse qu'on utilise l'expression internet pour qualifier ce réseau là.

Les alertes à revoir


Outre l'usage des bonnes appellations, l'association pointe du doigt le système d'alerte des opérateurs. « L'UFC-Que Choisir avait déjà mis en garde les opérateurs à ce sujet suite à plusieurs dérapages qui concernaient les clés 3G mais aussi les terminaux téléphoniques. Les opérateurs avaient alors juré que cela ne se reproduirait plus et que des mécanismes d'alerte seraient mis en place. Nous pouvons voir, aujourd'hui, ce qu'il en est de leurs promesses. Cette défaillance est d'autant plus gênante que, depuis ces récents incidents, de nombreux témoignages nous remontent de consommateurs qui ont eu le même type de problèmes. »

Notez que désormais, hors consommation à l'étranger (roaming) ou utilisation "interdite" (P2P, VoIP, etc.), il n'est plus possible chez Orange de réaliser de tels hors forfaits. Chez SFR, contacté par PC INpact, cela n'est pas non plus possible, que ce soit en national ou même à l'international, les utilisateurs devant eux-mêmes faire la démarche d'activer leur clé lors d'un passage à l'étranger, sachant que les tarifications sont données dès la première connexion. Quant à Bouygues, comme pour SFR, des messages d'alertes sont envoyés passés un certain seuil (quelques dizaines ou centaines d'euros selon les cas).

« Manifestement l'utilisation des termes « Illimité » et « Internet » induit les consommateurs en erreur. Par conséquent, l'UFC-Que Choisir demande à ce que les opérateurs n'utilisent plus les termes « Internet » et « Illimité » pour vendre des prestations qui ne sont finalement que l'accès en ligne à des services spécifiques et de manière limitée ! » résume l'association.

Tromper les consommateurs, pour gonfler le portefeuille ?


Snut dessin orange facture prêt banqueÉdouard Barreiro, le porte-parole et chargé de mission TIC et Commerce à l'UFC-Que Choisir, s'est confié hier à Caroline Boudet des Échos sur ce sujet. Et comme à son habitude, il n'a pas gardé sa langue dans sa poche.

Pour Édouard Barreiro, c'est bien simple, les hors forfaits, surtout les plus faibles (et donc les moins médiatiques) arrangent bien les opérateurs. Rester trouble sur ce sujet est donc délibéré selon le porte-parole de l'UFC.

« Pour eux, ces dépassements sont finalement très juteux. Dans la plupart des cas, ils s'élèvent à 30 euros par-ci, 50 euros par-là, et les consommateurs finissent par s'acquitter de ces sommes, ou par s'arranger à l'amiable avec leur opérateur. Depuis quelques jours, nous recevons d'ailleurs de multiples témoignages de personnes qui ont connu le même type de mésaventure suite à l'utilisation de clés 3G. La plupart ont accepté de payer. Surtout que lorsqu'un abonné contacte le service après-vente de son opérateur, on lui rétorque qu'il n'avait qu'à bien lire les conditions générales de vente où est inscrite la limite de consommation en mégaoctets par mois. » 

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !