Le Danemark teste l'utilisation d'Internet pendant les examens

Au Danemark, un changement surprenant est en train de s’opérer dans l’utilisation d’Internet. Difficile de nier le fait que le Web fasse désormais partie de notre vie quotidienne (ou presque), mais nos voisins danois ont avancé d’une case : plusieurs écoles mènent actuellement des tests en vue d’autoriser Internet dans les examens.

eleve portable wifi education

L’étrange expérience répond visiblement à des besoins pédagogiques et à l’idée du corps enseignant (ou tout du moins d’une partie) qu’Internet fait partie de la vie moderne et qu’il appartient au système éducatif de montrer comment s’en servir. Mais s’il représente un outil fabuleux pour l’apprentissage de multiples matières ainsi que la recherche et l’organisation des informations, le Web représente une source de distraction énorme, sans même parler de l’effet de lame à double-tranchant de la masse d’informations.

Comment en effet être certain que les élèves ne vont pas tout simplement tricher ? Il faut dire que dans les quatorze écoles qui testent actuellement ce changement, aucune limite n’est imposée aux élèves à l’usage qui est fait d’Internet. Seule interdiction formelle : contacter des personnes extérieures à l’école. Il ne faut pas que l’épreuve se transforme non plus en coup de fil à un ami à la « Qui veut gagner des millions ? ».

Cette communication directe prend évidemment plusieurs formes. La messagerie instantanée bien sûr : pas de Live Messenger, de Yahoo, AIM et autres. Cela s’étend aussi à Facebook, bien que le site en lui-même soit autorisé, même s’il ne représente pas forcément un intérêt incroyable sans son module de discussion. Enfin, les courriers électroniques sont interdits, y compris entre les élèves qui passent l’examen.

Des règles logiques, mais qu’il est simple de ne pas suivre. Pourtant, les enseignants indiquent faire confiance aux élèves. Parmi ces derniers, certains ont été interrogés par la BBC. Âgé de 18 ans, l’un d’entre eux a indiqué qu’il était facile de tricher mais qu’ils (les élèves) ne le feraient pas car ils avaient « beaucoup de respect et de discipline personnelle ». Un autre donne une raison différente : « Je pense qu’il serait très difficile de tricher car vous n’avez pas le temps, vous êtes sous pression et il y a trop de risques ».

Le ministre de l'Éducation danois, Bertel Haarder met une certaine emphase sur l’expérience menée actuellement : « Nos examens doivent refléter la vie quotidienne dans la salle de classe, et la vie quotidienne dans la salle de classe doivent refléter la vie dans la société. Internet est indispensable, ce qui inclut les examens. Je suis certain que ce n’est qu’une question de quelques années avant que la plupart des pays européens ne s’alignent. »

Reste à voir bien sûr si les autres pays de l’Union européenne sont effectivement tentés par une telle approche. Non seulement la réussite du système dépend fortement du civisme des élèves, mais les salles d’examens doivent être prêtes à accueillir de très nombreux ordinateurs portables, sans parler de l’infrastructure réseau et Wi-Fi nécessaire.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !