VMware lance Workstation 7, son client phare de virtualisation

VMware est un grand nom du monde de la virtualisation, un domaine que la société explore depuis bien des années. La concurrence s’est renforcée ces dernières années, en particulier avec des produits entièrement gratuits comme VirtualBox. Sur Mac OS X, l’éditeur s’est même fait dépasser par Parallels qui a sorti le premier un client très simple d’utilisation pour utiliser notamment Windows. Aujourd’hui, VMware lance la version 7 de son produit phare : Workstation.

vmware workstation

VMware Workstation 7 arrive donc avec une liste intéressante de nouveautés, mais qui ne vont guère surprendre ceux qui ont par exemple suivi l’évolution Fusion. Ce dernier, un client de virtualisation grand public pour Mac OS X, a en effet rapidement évolué pour tenir compte des exigences d’un certain type d’utilisateur auquel la société n’était pas forcément habituée. La version 3.0, sortie tout récemment, prend ainsi en charge de nouveaux systèmes d’exploitation invités, avec le support notamment d’Aero pour Vista et Windows 7.

Ce n’est donc pas une surprise si cette nouveauté se retrouve dans Workstation 7. Voici d’ailleurs la liste des principaux ajouts :
  • Support complet de Windows 7, en éditions 32 et 64 bits, avec prise en charge d’Aero
  • Prise en charge de DirectX 9.0c, des Shader Model 3 et d’OpenGL 2.1 dans les machines virtuelles Windows
  • Chaque machine virtuelle peut se voir affecter maintenant jusqu’à :
    • 4 coeurs
    • 4 processeurs
    • 32 Go de mémoire vive
  • Possibilité de chiffrer entièrement une machine virtuelle en AES 256 bits
  • Prise en charge automatique de l’impression depuis les machines virtuelles Windows et Linux sans qu’aucun ajout ou pilote soit nécessaire
  • La fonction AutoProtect prend régulièrement des instantanés des machines virtuelles pour pouvoir restaurer un état particulier en cas de problème non prévu
  • Possibilité de mettre en pause une machine virtuelle pour libérer les ressources processeurs en fonction des besoins de la machine hôte
  • Intégration possible avec des environnements de développement tels que Visual Studio ou Eclipse pour les tests de logiciels
  • Nouvelles possibilités d’automatisation des tâches
  • Un support plus large des systèmes d’exploitation (plus de 200 maintenant), avec l’ajout notamment de Windows Server 2008 R2 et des dernières moutures d’Ubuntu, OpenSuse, Red Hat, etc.
  • Support des solutions Smart Card, avec partage d’un lecteur de cartes avec une machine virtuelle, ou affectation d’un lecteur à une machine unique pour l’authentification
Bien que Workstation soit une référence, il n’est pas gratuit, et son tarif pourra d’ailleurs en rebuter plus d’un. Sur le site de VMware on le trouvera en effet à 153,14 euros TTC, ce qui le rend pratiquement deux fois plus cher que Fusion. Mais ceux qui disposent d’une version 5 ou 6 pourront se procurer la nouvelle mouture pour 80,22 euros TTC. Une version d'essai est bien sûr proposée (elle est limitée à 30 jours).

Si d’un côté Workstation est beaucoup plus complet dans ses fonctionnalités, on ne pourra que regretter que l’éditeur n’ait pas imaginé une solution à « mi-chemin » pour Windows et Linux, puisque Mac OS X est finalement le seul à disposer d’un produit simple au tarif raisonnable.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !