Google Books : un compromis pour les livres orphelins

Non non, rien à voir avec Rémi sans famille 13
Dans le monde du livre, il y a des œuvres que l’on appelle « orphelines ». Il s’agit de livres dont le détenteur des droits n’est pas connu ou qui n’est plus édité. Quand Google a lancé son service Books, son intention était claire : scanner un maximum de livres, y compris les orphelins. Mais dans le cas de ces derniers, la firme s’en appropriait les droits d’exploitation. Évidemment, de très nombreuses plaintes avaient été déposées.

google books

Aux États-unis, la chose n’est pas passée. La justice américaine a mis son nez dans l’affaire, et Google a eu le temps de sentir un « certain » degré de réticence. Le plus gros problème formulé à l’encontre du géant de la recherche, est que la manœuvre lui aurait donné virtuellement « une licence exclusive sur des millions de livres ».

Pas question pour Google d’abandonner son vaste projet, déjà bien entamé d’ailleurs. Sans même parler des problèmes spécifiques à la France et à la BNF, la situation est globale. Du coup, la firme de Mountain View veut transiger et parvenir à un compromis. La solution qui se présente actuellement sera d’autoriser Google à continuer à scanner les livres orphelins, mais à ne pas lui donner une licence exclusive d’exploitation. En clair : les concurrents pourront faire la même chose et proposer des services de ce type.

Pour l’instant, une audience est prévue le 7 octobre.