Facebook contraint d'améliorer sa politique de confidentialité

Mais plus tard 65
Poussé par la commissaire à la protection de la vie privée du Canada, Facebook a accepté de revoir sa politique de confidentialité sur l’ensemble de son réseau. « En raison de ces changements, la vie privée des 200 millions d’utilisateurs de Facebook au Canada et à travers le monde sera beaucoup mieux protégée », affirme Jennifer Stoddart, commissaire.

vie privée

Dans un communiqué, Facebook se félicite d’une collaboration étroite avec l’équivalent canadien de la CNIL. En fait, la démarche initiale sentait nettement plus la poudre : tout partait d’une enquête de la Clinique d'intérêt public et de politique d'Internet du Canada, centre juridique qui se dédie principalement aux questions soulevées par les nouvelles technologies. La commissaire  « était [alors] particulièrement inquiète face aux risques suscités par le partage à outrance des renseignements personnels avec les tiers développeurs des applications Facebook tels les jeux et les questionnaires. » Des remarques qui rejoignaient celles émises par la CNIL.

Partage des informations privées avec les développeurs d'applications FB

Des exemples ? Le partage de renseignements personnels avec des tiers développeurs. Il « comporte de sérieux risques en matière de protection de la vie privée. On retrouve plus d’un million de développeurs partout dans le monde » souligne le Commissariat à la vie privée. En réponse, Facebook a accepté de réajuster sa plateforme « de manière à empêcher toute application d’avoir accès à des renseignements avant d’avoir obtenu un consentement exprès pour chaque catégorie de renseignements personnels visée ». C’est le moins qu’on pouvait espérer.

Suppression de compte n'est pas désactivation

Autre chose. Facebook entretenait le flou sur la différence entre désactivation de compte et suppression de compte. « De plus, Facebook devrait mettre en œuvre une politique de conservation en vertu de laquelle les renseignements personnels des utilisateurs qui ont désactivé leur compte seraient effacés des serveurs du site après une période raisonnable ». Là encore, Facebook a promis une information limpide. Enfin, mais la liste n’est pas exhaustive, Facebook s’est engagé à indiquer plus clairement les modalités destinées à recueillir un consentement valable à la mise en mode « commémoration » de leur compte après le décès d’un utilisateur. « Pour ce faire, Facebook doit clairement indiquer dans sa politique de confidentialité qu’elle laissera le profil de l’utilisateur en ligne après la mort de ce dernier afin que des amis puissent afficher des commentaires et lui rendre hommage » canalise la commissaire canadienne.

Une mise en oeuvre qui prendra 12 mois

Les modifications promises ne sont pas pour demain table Facebook qui explique que certaines d’elles exigent de recueillir l’accord des millions d’utilisateurs et d’autres, des modifications de l’API Facebook, avec des tests préalables. FB compte 12 mois de travaux avant la prise en compte effective de ces recommandations. Pendant ce temps-là, le réseau social pourra continuer à tisser sa toile pour y attraper de nouveaux utilisateurs.