L’UE sollicite une meilleure éducation aux nouveaux médias

A coup de riposte graduée ? 73
La Commission européenne vient de diffuser aux États membres plusieurs lignes directrices pour assurer l’éducation des Européens aux nouveaux médias. Une communication effectuée à la demande du Parlement européen qui part d’un principe simple : « La manière dont nous utilisons les médias évolue. Face au volume considérable d’informations, savoir lire, écrire ou se servir d’un ordinateur ne suffit plus » selon l’institution européenne.

école élève enfant éducation

« Aujourd’hui, communiquer avec les médias, ce n’est plus simplement écrire à un journal. (...) Un consommateur peut maintenant créer ses propres contenus et réaliser de nouvelles œuvres à partir d’un contenu créé par un tiers» ajoute Viviane Reding, commissaire responsable de la société de l’information et des médias. « Cependant, les personnes qui ne savent pas utiliser les nouveaux médias tels que les réseaux sociaux ou la télévision numérique auront du mal à communiquer avec le monde qui les entoure et à en devenir partie prenante. Nous devons garantir l’éducation de tous aux médias, pour que nul ne soit exclu. Les citoyens sont la cible continuelle de messages médiatiques, mais sont-ils capables d’y répondre? S’ils pouvaient utiliser les médias avec compétence et créativité, nous nous rapprocherions d’une nouvelle forme de participation démocratique.»

Outre une politique d’éducation des plus jeunes dans l’utilisation des moteurs de recherche par exemple, la Commission souligne les effets bénéfiques de cette politique : à savoir la prise de conscience des risques liés à la diffusion des données à caractère personnel sur les réseaux. « Plus [les utilisateurs] sont compétents pour utiliser ces technologies, mieux ils comprennent le fonctionnement de la publicité sur internet et mieux ils peuvent protéger leur vie privée ». Autre effet vertueux, « mieux formés à l’utilisation des médias, ces utilisateurs souhaiteront également en savoir plus sur le patrimoine culturel de leur pays et sur les œuvres culturelles européennes récentes et pourront ainsi les découvrir ».

La Commission enfonce toutefois bon nombre des portes ouvertes sans doute parce que l’éducation relève des compétences nationales...