WebGL : vers une 3D standardisée dans les navigateurs Web ?

Nouveau jeu : tenter de deviner les acteurs absents 130
khronosSur un site Web, si l’on veut créer actuellement des éléments en 3D, il n’existe guère de solutions. Oui on peut utiliser des scripts, ou des technologies comme Flash, mais dans la quasi-totalité des cas, le rendu est assez sommaire et est entièrement calculé par le processeur central. Le Khronos Group, déjà à l’origine d’OpenGL, souhaite donc proposer le WebGL, un langage capable d’apporter la 3D accélérée par GPU directement dans le navigateur.

  En fait de langage, il s’agirait plutôt d’un lien en JavaScript entre le code de la page et OpenGL ES 2.0, la déclinaison mobile d’OpenGL. Les avantages seraient multiples puisque l’accélération pourrait être fournie en théorie par n’importe quelle carte graphique, y compris sur des appareils mobiles, mais également sans réelle limite dans les navigateurs, à condition que les éditeurs suivent le mouvement.

De grands noms se sont joints au projet : AMD, Ericsson, Google, Mozilla, NVIDIA et Opera. On peut voir tout de suite que les deux principaux constructeurs de puces graphiques sont là, ce qui assure une pérennité à la technologie sur le plan matériel. D’un autre côté, Google, Opera et Mozilla sont présents, ce qui devrait assurer la présence de WebGL au sein de Chrome, Opera et Firefox. Qu’en est-il de Safari et d’Internet Explorer ? Il faudra attendre une réponse définitive d’Apple et Microsoft pour le savoir.

WebGL apparaîtrait donc comme un complément venant combler une lacune actuelle des navigateurs à cause d’un fossé technologique. Certes des nouveaux venus comme Flash 10 ou Silverlight 3 permettent ce type d’application, mais les développeurs ne sont pas nécessairement intéressés par le choix d’un éditeur unique pour leurs créations.

Maintenant que le groupe de travail WebGL est en place, il va bien sûr falloir attendre des résultats concrets.