Apple voulait acheter le silence d'une fille dont l'iPod a explosé

Le pacte des loups 2546
Apple tient à la réputation de ses produits, quand bien même il existe certains ratés. On se rappellera par exemple la longue série d’incidents qui s’étaient produits avec les batteries de chez Sony, et les portables de Cupertino avaient été plusieurs fois touchés par le phénomène. Mais ce type de souci existe également avec les iPod, et la firme a tenté récemment d’acheter le silence d’une famille après que le baladeur d’une fillette de 11 ans a explosé.

L'incident

D’après Ken Stanborough, 47 ans et de Liverpool, l’iPod a émis un « sifflement » étrange. L’ayant dans la main, il a remarqué que la température du baladeur numérique ne faisait que grimper. Au bout d’un moment, des vapeurs ont commencé à sortir de l’appareil. Sentant que quelque chose n’allait vraiment pas, il a jeté l’iPod par la porte. Sur le sol, dans les 30 secondes qui ont suivi, il y a une petite détonation, beaucoup de fumée et l’iPod a sauté à plusieurs mètres de hauteur.


M. Stanborough prend alors le téléphone et appelle l’Apple Care, le service après-vente de la société. Il explique son cas puis est transféré à travers plusieurs départements jusqu’à tomber sur un responsable. À la suite de cette discussion et après avoir contacté Argos, chez qui l’iPod avait été acheté pour 162 livres sterling, une lettre provenant d’Apple arrive au domicile familial. Et c’est avec la lettre que le « scandale » débute.

La demande d'Apple

Ce courrier propose purement et simplement à la famille Stanborough de recevoir une somme d’argent en échange d’un silence complet sur l’affaire, sous quelque aspect que ce soit. Si la somme n’a pas été divulguée, certains termes employés dans la lettre l’ont été. Par exemple, en signant la proposition d’Apple, la famille s’engageait à ne pas en dévoiler le moindre détail, au risque de s’exposer à des poursuites qui aboutiraient à des dommages et intérêts pour les personnes fautives.

Ken Stanborough estime alors que la lettre est très perturbante et ne la signe pas. Il explique : « Ils placent une condamnation à vie sur moi-même, ainsi que sur ma fille et sur la mère d’Ellie. Si nous disions quelque chose par inadvertance, n’importe quoi, ils pourraient nous attaquer. J’ai pensé que c’était absolument exécrable. »

En fait, jamais la famille n’a demandé une compensation. Ce que Ken Stanborough souhaitait, c’était un simple remboursement des 162 livres sterling dépensés pour l’achat de l’iPod. L’affaire fait du bruit, mais elle met surtout en exergue la manière d’Apple de gérer ce genre de problème. On rappellera en outre que le gouvernement japonais a émis l’année dernière un avertissement officiel contre les iPod, puisque quatorze cas d’embrasement ont été signalés : des brûlures s'ensuivirent sur deux personnes. En mars, une mère de l’Ohio aux États-Unis a déposé une plainte contre Apple après que l’iPod de son fils ait explosé dans sa poche, entraînant des brûlures sur sa jambe.

Pour le moment, la firme de Cupertino ne souhaite pas commenter l’affaire, aucun examen du baladeur de la famille Stanborough n’ayant encore été réalisé.