Google Voice éjecté par Apple : la justice américaine s'en mêle

C'est là qu'on voit le poids de Google... 148
Chaque jour, sur la plateforme AppStore, des applications sont acceptées ou non par Apple. D'autres sont acceptées, puis finalement retirées, pour diverses raisons. Mais, et la nouvelle a fait la une de nombreux sites la semaine dernière, deux applications basées sur Google Voice ont récemment été retirées par la Pomme : GV Mobile et Voice Central.

Google Voice, né du rachat il y a deux ans de la start-up GrandCentral, est un logiciel VoIP disposant de nombreuses fonctionnalités, tout du moins aux États-Unis : les appels nationaux gratuits ; réunion en un seul numéro de tous les numéros, afin de centraliser tous les appels et les SMS/MMS ; annonce visuelle du numéro appelant ; transcription écrite des messages ; messagerie personnalisable en fonction de l’appelant ; possibilité de conférence à plusieurs ; enregistrement d'une communication et stockage en ligne ; etc.


Apple a donc rejeté GV Mobile et Voice Central. Les raisons sont simples : ces applications dupliquent et donc concurrencent les fonctions et services de l'iPhone. Pourtant, d'autres le font, sans que cela ne pose problème. Le fait que ces applications risquent de bouleverser le business-plan entre la Pomme et ses partenaires opérateurs est certainement une explication plus proche de la vérité.

Si ces applications sont désormais disponibles "illégalement" (via le jailbreak), cet épisode est pour certain symptomatique des relations difficiles entre Apple et Google ces derniers temps. En effet, il ne s'agit pas du premier refus de la part de la Pomme envers Google, ses applications MailWrangler (l'année dernière) et Latitude (il y a quelques semaines) ont déjà subi la vindicte de Cupertino.

Ces différents rejets n'en resteront cependant pas là. La FCC (Federal Communication Commission) a contacté par courrier Apple, Google, mais aussi AT&T, pour clarifier la situation. Les lettres envoyées par la FCC sont toutes les trois disponibles dans leur intégralité sur TechCrunch.

La FCC souhaite tout simplement comprendre les raisons d'un tel rejet d'applications utilisant Google Voice. La commission demande aussi à Apple si d'autres applications similaires ont été retirées de l'AppStore. L'implication d'AT&T dans ce bannissement sera notamment étudiée...

La réaction de Google ne s'est pas fait attendre : « Nous travaillons énormément afin de développer les applications Google sur la plupart des plateformes mobiles, iPhone y compris. Apple n'a pas approuvé l'application Google Voice que nous avions soumise il y a 6 semaines sur l'Apple AppStore. Nous allons continuer de travailler afin d'apporter nos services aux utilisateurs d'iPhone – par exemple, en profitant des dernières évolutions sur les navigateurs pour mobiles. »

Les trois sociétés ont jusqu'au 21 août prochain pour répondre aux nombreuses questions de la FCC.

Rappelons que Google Voice est disponible gratuitement outre-Atlantique sur les plateformes Android et BlackBerry.