Riester : « Hadopi 2 n’est pas fait pour embêter les internautes »

Juste pour les amuser 98
Dans une interview accordée à 20minutes, Franck Riester a livré quelques-unes de ses analyses sur Hadopi2.

Le député a pris soin de défendre son amendement qui vise à supprimer le terme « Communications électroniques » du projet de loi Hadopi 2 (plusieurs députés ont proposé des amendements similaires). « Dans Hadopi 1, déjà, on ne pouvait pas détecter le téléchargement illégal via les mails. Quand j’ai vu qu’Hadopi 2 pouvait sanctionner l'échange illégal de fichiers par pièces jointes, j’ai tout de suite insisté pour que cela soit retiré. »

riester

Le fait est piquant, car c’est à cause de plusieurs amendements déposés par... Franck Riester lui-même qu’Hadopi 1 a failli autoriser la surveillance des emails ! Et ce fut la lutte des opposants au texte et le bruit médiatique qui ont finalement eu raison de la volonté gouvernementale de surveiller les échanges privés. La réintroduction du terme de communication électronique dans Hadopi 2 n’est pas un accident, et c’est une nouvelle fois le bruit médiatique qui l’a emporté sur les lobbies. Riester se place donc comme le soldat d’un front où il a combattu avec l’ennemi.

Pour mémoire voilà les évolutions du rapporteur sur ce thème (mises à jour)  :
  1. Le député avait injecté des amendements pour rajouter le terme de « communication électronique » dans Hadopi 1.
  2. Devant l’étonnement et l’éclairage des députés opposés au texte, il avait retiré ces amendements parfois même, de sa propre initiative avec l'aval de Christine Albanel et donc du gouvernement.
  3. Le Sénat a pourtant réintroduit « Communication électronique » dans Hadopi 2. Questionné par le député UMP Lionel Tardy, opposé à cette mesure, Riester a dit que cette question était un "vrai sujet" et serait à nouveau débattue devant l’Assemblée... : "on va regarder si Hadopi 2 est en désaccord avec ce qu'on avait débattu à l'Assemblée nationale (...) je ne peux me faire un jugement précis sur [ce cas concret]"
  4. Pour affirmer finalement qu’il était contre la surveillance des emails et donc contre le terme « communication électronique » (même actu, en bas)
  5. Le député Riester propose aujourd’hui de supprimer « Communications électroniques » mais que d’une petite partie d’Hadopi 2
  6. Le député se place en défenseur des correspondances privées
Le député l’affirme aujourd’hui : « Si vous mettez en pièces jointes de vos courriers des fichiers illégaux, vous ne serez pas sanctionnés ». Pour notre part et contrairement à plusieurs de nos confrères, nous attendrons les débats avant de crier victoire pour le secret de la correspondance puisque l’amendement Riester ne supprime le terme que dans une des parties du texte. Et tout peut encore se passer dans l’hémicycle.

Durant l’interview, le député-maire de Coulommiers l’assurera : « On ne fait pas cette loi pour embêter les internautes, mais pour financer la création ». L’abonné qui sera responsable des téléchargements illicites effectués par des tiers sur sa liaison Wifi, et qui devra acquérir un logiciel mouchard, payant et non interopérable appréciera. Riester a en tout cas une certitude : « Il n’y aura plus de difficulté avec le Conseil Constitutionnel ». Une analyse non partagée par tous à l'UMP.