UE : plusieurs navigateurs dans Windows, oui mais comment ?

De IE à Ieuhhhh 215
Le dossier antitrust concernant Internet Explorer continue à Bruxelles. Pour mémoire, Microsoft est accusée par les autorités et des concurrents d’imposer son navigateur par le biais de son système d’exploitation, déjà en situation de monopole de fait.

firefox internet explorer microsoft concours 10000

Durant les nombreux échanges entre les acteurs, Microsoft avait annoncé son intention de ne pas intégrer Internet Explorer 8 dans Windows 7 sur tout le territoire de l’Union européenne. La Commission européenne estime que cette solution, si elle comporte des avantages, ne va pas restaurer toutefois la concurrence entre les navigateurs : pour les machines neuves, le choix incomberait aux OEM, et non à l’utilisateur. Microsoft pourrait rapidement réinjecter son navigateur à coup d'accords contractuels...

Les préférences bruxelloises s’orientent donc vers un écran de démarrage (« Ballot Screen » dans le jargon belge) qui proposera le choix du navigateur. Mais entre la théorie et la pratique, il y a un monde et plusieurs propositions émanent pour rendre envisageable cette issue.

Selon nos informations, l’UFC Que Choisir a été entendue a Bruxelles. L’association a mis sur la table plusieurs pistes pour la sélection du fameux logiciel. Elle propose ainsi que seuls les navigateurs respectueux d'un certain niveau de standards du web soient retenus. Le test Acid 3, ou d’autres épreuves sélectionnées par une brochette d’experts, serait une piste intéressante. Ces mêmes experts définiraient le niveau de standard considéré comme suffisant pour permettre à un navigateur de figurer dans la liste. Autre chose, ces navigateurs devront être classés par ordre alphabétique du nom de l’éditeur, et non du logiciel. Enfin, les logos ne devront pas être visibles, pour éviter les images un peu trop subliminales et les persistantes rétiniennes...

Les modalités pratiques de ces questions se poseront aussi pour les « vieilles » machines déjà en circulation. Une des pistes envisagées serait de proposer la sélection du navigateur à l’occasion d’une des sessions de mise à jour. Toutes ces données sont actuellement sur le bureau des trois commissions (la Concurrence, la société de l'information et des médias et la Direction générale de la santé et de la protection du consommateur).