NVIDIA Tegra 650 : détails, roadmap... et bientôt des produits ?

NVIDIA TegraLa semaine dernière, NVIDIA tenait à Paris une conférence qui avait pour sujet ses deux produits phares dans le monde mobile : Tegra et Ion.

Si sur Ion nous n'avons rien appris de bien concret, excepté l'arrivée à la rentrée des premiers modèles, dont un portable Samsung sous NDA jusqu'au 3 septembre (que l'on a pu voir quelques secondes, éteint et donc sans trop d'intérêt), le caméléon fût bien plus prolixe concernant Tegra.

NVIDIA, les annonces et le marketing : quelques points à travailler...

Nous ne vous relaterons pas la conférence de presse dans le détail, puisque celle-ci était en bonne partie à base de « Intel n'a rien compris au monde de la mobilité, heureusement, nous sommes là ».

Une méthode marketing détestable au possible qui tend à dénigrer les produits des autres pour faire la promotion de ceux que l'on présente, très Américaine dans le style... et malheureusement appliquée encore trop souvent en France par certains constructeurs (AMD fait d'ailleurs de même avec NVIDIA lors de ses propres conférences).

NVIDIA TegraPour en revenir au sujet qui nous importe, Tegra, on ne peut qu'avouer que nous avons été franchement bluffés par les capacités de la plateforme. Pour rappel, derrière ce nom se cache une puce SoC (System on a chip) composée d'un processeur ARM, mais aussi de processeurs annexes aux buts bien précis comme par exemple le décodage / encodage de flux HD.

Tegra 650 : un module petit... mais plutôt costaud

L'ensemble des composants tient au sein d'un module qui fait  la taille d'une barrette de mémoire au format SO-DIMM et nous avons pu constater que la lecture de différents flux HD et même de vidéos flash HD était parfaitement gérée.

Un luxe dont sont privés la majorité des portables d'entrée de gamme, surtout les netbook, dès lors qu'ils ne sont pas équipés d'une carte graphique indépendante.

NVIDIA Tegra NVIDIA Tegra

Nous constatons d'ailleurs ce problème avec des machines récentes telles que notre Acer Timeline sous plateforme CULV, incapable de lire une vidéo 1080p de 8 Go (pour une durée d'un peu moins de deux heures) ou pour le dv2 de HP lorsqu'il est uniquement équipé de l'iIGP Radeon X1250 d'AMD.

Des autonomies annoncées qui laissent rêveur... et que l'on espère réalistes

De plus, en terme d'autonomie, NVIDIA promet des chiffres qui laissent rêveur puisque, précisant que son module consomme « moins d'un watts », il était question de pas moins de 10 heures en lecture HD là où Intel serait limité à 3 heures avec sa prochaine plateforme Pinetrail et où Qualcomm et sa fameuse plateforme SnapDragon serait incapable d'effectuer une lecture fluide.

NVIDIA Tegra NVIDIA Tegra

Reste que la plateforme de NVIDIA aussi montrera ses limites puisqu'il sera impossible de lire plusieurs de ces flux de manière simultanée, surtout dans le cas de vidéos en flash qui ne sont décodées que via le GPU.

Il sera aussi assez peu probable que le jeu soit de la partie, la partie graphique intégrée étant relativement basique, mais ce n'est pas là l'usage visé par les machines qui embarqueront la version actuelle de Tegra, aussi connue sous le nom de Tegra 650.

NVIDIA Tegra NVIDIA Tegra NVIDIA Tegra

Les produits qui seront disponibles : comme toujours, la grande inconnue

D'après ce qu'à pu nous confier le caméléon, pour le moment plusieurs ODM disposent de produits finalisés, qui peuvent être exploités par des constructeurs. Aucun produit définitif n'a été réellement été annoncé (le concret n'était apparemment pas le but de la conférence), mais il a été évoqué des partenariats avec Orange et SFR.

NVIDIA TegraNous ne savons pas pour autant si le marché français est concerné, puisque vu la carte présentée par les gens du marketing de NVIDIA, la France est loin des endroits concernés. Espérons qu'il ne s'agisse là que d'un drame géographique, et que l'on pourra voir ces petites bêtes proposées chez nous sous peu.

Car c'est aussi au niveau de leur prix qu'elles pourraient s'avérer INtéressantes. En effet, si NVIDIA n'a une fois de plus donné aucune information concrète, il se pourrait que certains produits se situent sous la barre des 200 $.

Il ne nous a pas été précisé quelle serait la conversion € / $ appliqué, ni quel serait le format de ces produits (netbooks, smartphone, smartbook...), il nous faudra donc là aussi attendre pour pouvoir juger de l'intérêt tarifaire réel de la plateforme.

NVIDIA rentre sur le marché des puces ARM... quid de la partie logicielle ?

Reste que Tegra risque d'avoir fort à faire sur plusieurs points pour convaincre. En effet, il ne faut pas oublier une limitation de taille qui risque de couper le grand public de ce genre de machines : il ne s'agit pas d'une puce X86.

NVIDIA Tegra NVIDIA Tegra NVIDIA Tegra

Ainsi, point de Windows XP, Vista ou 7... il faudra se contenter de Windows CE. Certes NVIDIA a décidé de proposer une petite barre au look sympathique pour le rendre plus attrayant, mais il reste tout de même globalement un système d'exploitation encore austère en terme de look et peu pourvu en terme d'applications.

Windows quasiment hors du coup : un bon plan pour Google et son Android ?

AndroidDans le même temps, Intel et les fabricants de machines portables comptent se baser sur des puces dédiées pour effectuer certaines tâches spécifique, telle que la lecture de vidéos HD de manière complètement fluide tout en gardant une consommation minimale, mais sans l'avantage de l'intégration au sein d'un module de type SoC.

NVIDIA promet néanmoins de faire jouer tout son poids pour que les développeurs proposent en masse des applications compatibles, et que l'ergonomie des applications s'améliore tout en précisant que de nombreux terminaux mobiles exploitent déjà des puces ARM sans que cela pose le moindre problème aux utilisateurs qui cherchent une utilisation « Comme un micro-onde » pour laquelle il suffit « d'appuyer sur un bouton pour que cela fonctionne ».

Une approche qui peut payer sur des appareils compacts, mais qui risque de devenir plus risquée sur des produits au format netbooks/nettop.

Le caméléon, conscient du problème, ne s'interdit d'ailleurs pas d'autres alternatives puisque lorsque nous avons évoqué un éventuel support d'Android, par exemple, il nous a été répondu que l'OS de Google pouvait parfaitement être supporté. Mais concernant d'éventuels « design win », nous avons été renvoyés à l'habituel « Pas de commentaire ».

Tegra : pas encore de produits, mais déjà des remplaçants

NVIDIA TegraEnfin, concernant l'avenir de la plateforme, NVIDIA a souhaité préciser que Tegra était appelé à évoluer et que dans les deux années à venir nous aurions droit à T2 et T3 (mais pas T1000), sans plus de détails ou presque puisque nous avons tout de même pu apprendre que T2 serait deux fois plus performant quel'actuel Tegra 650 tout en conservant la même consommation électrique.

Reste maintenant à voir des produits arriver sur le marché pour connaitre, justement, le niveau de cette performance et la consommation d'une machine complète.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !