Alain Finkielkraut : la décision des Sages est absolument stupide

Les sages seraient trop d'jeuns 412
Le professeur et philosophe Alain Finkielkraut, invité ce matin même à France Inter, a tenu des propos intéressants au sujet d'Hadopi et du téléchargement illégal. Comparant la notion de Droits de l'Homme en Iran, pour les opposants, et en France (rapport à la dernière décision du Conseil constitutionnel concernant Hadopi), Finkielkraut livre ses pensées pour le moins explicites sur le sujet.

La décision des sages absolument stupide

Alain Finkielkraut « En France, les Droits de l'Homme ne sont pas du côté de la limite, mais de l'illimitation. Au nom des Droits de l'Homme, on affirme le caractère illimité de tous les désirs. (...) C'est le refus de la loi Hadopi, c'est-à-dire "je peux vouloir télécharger comme je le souhaite, pour satisfaire ma demande illimitée de culture". »

Mais c'est un droit fondamental, l'accès à Internet, note Nicolas Demorand, journaliste de France Inter.

« Les sages ont voulu devenir des jeunes, et quand les jeunes sont partout même chez les sages, c'est une mauvaise nouvelle, et surtout pour les jeunes. J'ai trouvé cette décision absolument stupide. (...) Voir la France se retourner contre le droit d'auteur, au nom de ce droit invraisemblable de chacun à l'expression et à la consommation (...) on n'a vraiment aucune raison de se réjouir. »

Donc y'a de bons Droits de l'Homme pour les Iraniens, et des Droits de l'Homme mou, scandaleux et mufle pour les Occidentaux. Y'a un bon Internet pour les dissidents, et un mauvais Internet pour les gens ici ? questionne malicieusement Nicolas Demorand.

« Non. (...) Ne poussons pas le fétichisme de cette nouvelle technologie jusqu'à la bêtise irénique. Ce que je dis simplement, c'est qu'il y a deux conceptions des Droits de l'Homme partout dans le monde : limite au pouvoir, et illimitation des désirs. Et il y aurait quelque mauvaise foi à se servir de l'exemple anti-totalitaires pour justifier la pratique des Droits de l'Homme, telle qu'elle se manifeste aussi bien sur Internet qu'avec les nouvelles technologies. »