Firefox Namoroka : 64 bits pour OS X, et isolation des plug-ins

Et le 64 bits pour Windows ? 60
Firefox logoMaintenant que la Release Candidate 1 de Firefox 3.5 est disponible, la version finale n’est plus très loin, même s’il faut prévoir l’arrivée d’une RC2 et peut-être même d’une RC3. Alors même que cette mouture du navigateur de Mozilla change un grand nombre d’éléments sous le capot, la suite est déjà en préparation. Namoroka, la future version, devrait être ainsi plus résistante aux plantages dus aux plug-ins et être disponible en 64 bits pour Mac OS X.

Isoler les plug-ins pour les empêcher de faire planter le navigateur

Celui qui devrait s’appeler Firefox 3.6, ou même 4.0, intégrera un certain nombre de changements internes, mais également dans l’interface et dans les éléments visibles. Concernant la résistance aux crashs, Damon Sicore, directeur de l’ingénierie, indique qu’un système baptisé Electrolysis fera son apparition. Le but ? Isoler les plug-ins tels que Flash pour les empêcher de faire planter le navigateur au complet quand leur fonctionnement devient erratique. La phase suivante se dirigera vers une isolation que les utilisateurs d’Internet Explorer 8 et Chrome connaissent déjà : celle des onglets, via des processus séparés. Mais il faudra attendre vraisemblablement la fin de l’année pour voir arriver un prototype.

Une version 64 bits pour Snow Leopard

Concernant Mac OS X, une version 64 bits du navigateur est en développement. Le prototype devrait être achevé vers la fin du mois. Pourquoi le 64 bits et pourquoi Mac OS X ? Parce que Snow Leopard arrive et qu’il sera entièrement 64 bits (ce qui inclut le noyau et les pilotes). En dehors de quelques exceptions (iTunes notamment), tous les processus du système fonctionnent en 64 bits, et Mozilla souhaite a priori rester dans le vent.

Apple a mis en avant certains avantages du 64 bits. En dehors des capacités de défenses associées, le JavaScript fonctionnerait bien plus rapidement, ce qui est certainement l’une des choses dont Mozilla souhaite profiter. Les extensions et plug-ins devront suivre le mouvement, mais Mozilla estime que la transition sera simple, à moins de viser spécifiquement dans le code un système 32 bits. On s’étonnera toutefois que Mozilla pense à Snow Leopard, alors que les Windows 64 bits existe maintenant depuis des années. Mike Beltzner, directeur de Firefox, indique ainsi que Windows 64 bits, même si tout fonctionne parfaitement, n’est pas une des plateformes officiellement supportées.

Rappelons que Namoroka devrait également se focaliser sur les points suivants :
  • Une augmentation visible par l’utilisateur des performances, notamment sur le temps de démarrage, le temps d’ouverture d’un nouvel onglet (réactivité) et plus globalement les temps de réponse lors des interactions avec l’interface.
  • Personnalisation : simplifier le développement, la découverte, l’installation et la gestion des extensions qui personnalisent le navigateur et/ou en modifient les fonctionnalités. Serait ainsi visée par exemple l’absence de redémarrage après l’installation d’une extension.
  • La possibilité d’organiser le navigateur en fonction de ce que l’on souhaite accomplir. En clair, il s’agirait de passer d’une utilisation centrée sur les pages Web à une utilisation basée sur les tâches. Cela concerne notamment la possibilité d’effectuer une tâche rattachée à un site Web sans visiter ce dernier. Comme exemple on donnera le cas de Flock, imbriqué dans les réseaux sociaux et donnant accès à leurs fonctionnalités sans nécessairement les visiter.
  • Support des applications Web : gommer la frontière entre un site et une application Web. Il s’agira de fournir aux développeurs les outils pour créer de telles applications qui fonctionneront même sans connexion active.
  • Intégration système : renforcer l’intégration du navigateur pour chaque système sur lequel il est installé. Cela inclut les interactions avec les données ainsi que l’utilisation des services présents sur le système, comme les dictionnaires.