Albanel veut éduquer les plus jeunes aux dangers du jeu vidéo

BOUH! 311
Quelle politique de lutte et de prévention de la dépendance au jeu vidéo ? Un député, Bernard Perrut, a ainsi questionné la ministre de la Culture « sur les conséquences de l'usage massif des jeux vidéo, notamment pour les jeunes publics qui sont conduits à un véritable état de dépendance, jusqu'à porter atteinte à leur santé ». Il lui a ainsi demandé quelles dispositions pouvaient être prises auprès des familles « pour les sensibiliser à ces dangers et éviter tout risque à l'avenir ».

albanel

La ministre a répondu que suite à un rapport sur la cyberdépendance rendu en novembre 2008, le gouvernement souhaitait proposer des « pistes de réflexion » en concertation avec les professionnels du secteur, spécialement dans le monde des jeux vidéo en ligne. « Afin de mieux éclairer ce phénomène et reprenant une des propositions du rapport, il conviendrait de lancer une étude épidémiologique et sociologique nationale sur le phénomène de cyberdépendance et ses conséquences. En effet, aucune étude à ce jour n'a été menée afin de mieux comprendre et évaluer les risques de l'addiction au jeu vidéo ». Une étude avant une loi, c’est justement cette démarche scientifique que réclamait la CNIL dans un secteur lointain, celui de la lutte contre le téléchargement illicite dans le cadre du projet de loi HADOPI.

Au-delà de cette promesse, la ministre rappelle l’existence du système PEGI (Pan European Game Information) mis en place par les professionnels au niveau européen. A l’aide d’une signalétique simple, il permet aux parents d’acheter en connaissance de cause tel ou tel jeu. Ensuite, la ministre signale l’existence du site www.pedagojeux.fr qui « regroupe neuf partenaires : la délégation interministérielle à la famille, la délégation aux usages de l'Internet, Internet sans crainte, le Forum des droits sur l'Internet, l'Union nationale des associations familiales, Action innocence, le syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs, Microsoft, Bayard Jeunesse et JeuxOnLine ».

Une éducation aux images dans les écoles

Sur le mode du « Yaka » et du « Yfo », Christine Albanel explique qu’une « campagne d'information pourrait être mise en place par les pouvoirs publics (…) afin de sensibiliser les parents à ces ressources d'information. » La ministre évoque aussi la nécessité de sensibiliser les plus jeunes à ces questions par exemple en proposant « dans les écoles une éducation aux images, réalisée par des intervenants du secteur et permettant de développer le sens critique des enfants dès le plus jeune âge ».

Autres et ultimes pistes envisagées : la mise en place de messages d'avertissements par les professionnels du secteur (la ministre n’a pas précisé si ces messages s’afficheraient durant les sessions de jeu) mais « la possibilité d'effectuer un contrôle parental permettant la limitation de la durée du jeu ou de l'accès à certains contenus. Certains constructeurs conscients de l'importance de ces principes proposent d'ores et déjà ces possibilités de restrictions ».

Avertissements, limitations, panneaux, alertes, éducation effectuée dès les premières années… La société appréhende les jeux en ligne dans une démarche qui semble calquée sur la loi Hadopi. Signalons qu’avec ce fameux texte « les élèves reçoivent une information sur les dangers du téléchargement et de la mise à disposition illicites d’œuvres ». Cela visera les cours de musique et ceux de dessin dans les écoles élémentaires, les collèges et les classes correspondantes des établissements d'éducation spéciale, les lycées professionnels maritimes, les établissements d'enseignement agricole. Rien de moins.

Dans le cadre du B2I (brevet informatique et internet) les collégiens seront spécialement sensibilisés sur « les risques liés aux usages » d’internet, « les dangers du téléchargement et de la mise à disposition illicites » ainsi que sur « les sanctions encourues ». Ces collégiens seront aussi sensibilisés sur l’existence « d’une offre légale », manière d’acheter utile avec leur argent de poche hebdomadaire.