L'Europe veut diluer IE dans Windows avec d'autres navigateurs

La sanction potentielle se précise contre Microsoft, selon le Wall Street Journal. Dans le cadre du nouveau round antitrust, Bruxelles souhaite ouvrir le marché des navigateurs. Or, la situation prédominante de Windows a toujours été la fenêtre de premier choix pour Redmond dans la mise en avant d’Internet Explorer. Le WSJ indique donc que Bruxelles est désormais prêt à envisager l’offre en lot, de plusieurs navigateurs plutôt que d’imposer à Microsoft de délier Internet Explorer de Windows. Après enquête, il s’agira donc non de gommer le navigateur, mais d’en diluer la présence.

internet explorer ie8

Cette information de nos confrères américains n’est pas une révolution. Dans un document remis fin janvier à la Security and Exchange Commission (SEC, commission de contrôle des opérations financières) Microsoft dressait déjà la première esquisse de ce « remède » bruxellois. Une issue qui va elle aussi générer d’autres maux  ou du moins questionnements (comment choisir les concurrents, comment mettre à jour la liste, ne faudra-t-il pas craindre des accords entre éditeurs et Microsoft, etc.). D’ailleurs, Microsoft s’est engouffré dans cette brèche d’insécurité économique estimant devant la Commission européenne que le fait de coupler Windows avec Chrome pourrait présenter un risque de monopole favorable à Google sur le net…

Dans tous les cas, la vente liée d’Internet Explorer avec Windows est une situation que condamnent plusieurs entités. La Fondation Mozilla : « les dégâts provoqués par Microsoft à la concurrence, l’innovation et au rythme de développement du Web lui-même sont à la fois flagrants et toujours d’actualité. Les questions de savoir s’il y a un bon remède et ce que serait ce remède sont bien distinctes. Firefox a brisé le monopole de Microsoft sur les navigateurs, mais même ainsi, des centaines de millions d’utilisateurs se servent toujours d’anciennes versions d’IE, souvent sans même savoir ce qu’est un navigateur ou qu’ils ont le choix de la qualité dans leur expérience. »

« Si Firefox a 32,5 % des utilisateurs européens, qu'est-ce que ça serait si on se battait à armes égales contre Microsoft ! C'est pour cela que la Commission Européenne accuse d'abus de position dominante, et que c'est un dossier très important » poursuivait Tristan Nitot, selon qui « c'est très dommageable à l'évolution du Web, pour lesquels IE6 et maintenant IE7 sont de véritables boulets qui limitent la création de services innovants et à cause de leurs nombreux bugs, plombent les coûts de création des sites Web. »

L'UFC Que Choisir, Opera, Google,  l’ECIS qui réunit IBM, Adobe, Sun Microsystems, Corel et RealNetworks se sont aussi joints aux procédures européennes contre ce mariage un peu trop forcé entre navigateur et système d’exploitation.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !