Un député UMP opposé à l'Hadopi, qui a voté pour l'Hadopi

Godi..quoi ? 153
Le député UMP Jean-Pierre Gorges est une poupée qui dit oui avec la tête mais non avec le coeur et le cerveau.

Sur son site, il présente ainsi le projet de loi Hadopi que l’Assemblée vient de voter : « Une loi pour lutter contre les téléchargements illégaux sur Internet. Le gouvernement s'apprête à voter la loi HADOPI, (Haute Autorité pour la Diffusion des oeuvres et la Protection des droits sur Internet) qui vise à contrôler et punir le cas échéant les internautes coupables de téléchargements illégaux... Favorable à une libéralisation de l'outil internet, je m'interroge sur les dispositions à prendre à l'égard du téléchargement, qui reste de plus en plus fréquent et surtout de plus en plus difficile à contrôler... »

Dans une vidéo, le député UMP d’Eure et Loir, maire de Chartres, dit que sur le fond la loi ne fonctionnera pas, qu’on n’arrivera pas à contrôler l’outil à internet, que donner des libertés permet de trouver des nouvelles formules.

Petit problème : Jean-Pierre Gorges fait partie des députés UMP qui ont voté "POUR" ce texte. Autre problème, cette vidéo a été mise en ligne le 6 avril, soit trois jours avant le rejet du texte par l'assemblée, en première lecture. Il anticipe donc son vote exprimé contre ses convictions.


 
« La répression n’est pas la solution », affirme-t-il. La solution « c’est l’incitation positive » qui doit être recherchée. Il cite par exemple un fonds sur la création alimenté par une taxe sur le matériel, les abonnements… et en même temps donner une liberté à chacun de créer et que le monde entier puisse le voir. Le député le dit : « Trop de régulation tue, trop de régulations induisent des comportements -- (…) des gens vont essayer de contourner. La montagne va accoucher d’une souris ».

La riposte graduée ? « Techniquement ça ne marche pas, ça ne résistera pas, en plus entre celui qui est propriétaire de l’appareil et celui qui va faire la copie, techniquement il y a une différence, technique, je connais bien ce sujet-là, ce n’est pas possible. On va entrer dans une usine à gaz et on ne va rien obtenir, franchement ! »

Il souligne aussi que dans le monde du cinéma, c’est contradictoire : « On nous dit qu’il y a de plus en plus de monde qui va au cinéma et ils critiqueraient d’être copié », et le parlementaire de prendre l’exemple de la TV et des matchs de foot : « Plus il y a de matchs de TV, plus les gens iront au stade. Moi, je crois en cette émulation. Franchement, ce n’était pas un texte pour lequel moi, je n’avais pas envie de voter « pour ». L’histoire, le temps, la logique technique, économique, sera un bulldozer par rapport à ce texte (...) je ne pense pas que ce type de dispositif va aider en quoi que ce soit la création, j’ai bien peur même que ça nous mette dans une situation plus difficile. On verra ».

Et le parlementaire de conclure : « Sur ce genre d’outils, je suis plus favorable à une liberté totale. Eh oui, c’est comme ça aussi à l’UMP. Khé khé khé khé »

Dans une lettre envoyée par Jean François Copé, président du groupe UMP à l'Assemblée,  on pouvait lire  « ce n’est désormais plus la teneur de ce texte qui est en cause. Ce qui importe c’est le problème politique créé par son rejet surprise et par le comportement absurde de l’opposition ». Le chef de file demandait ainsi aux députés de voter le texte, les yeux fermés. Combien de Jean Pierre Gorges parmi les 284 UMP qui ont voté "pour" ?

(Merci Sob_Chak pour l'info dans les commentaires de PC Inpact)