Portail, Hadopi : des petits malins profitent des noms de domaine

Le lièvre et la torture 203
Mise à jour 9 mai 2009 : deux nouveaux sites viennent de faire leur apparition. Signalons Hadopi.tel et le délicieux Hadopi.cn.

Première diffusion le 5 mai : La loi Hadopi, en cours de discussion à l’Assemblée Nationale pour sa seconde lecture, va mettre en place un portail où « les offres légales » pourront être affichées. Initialement, France Riester avait marqué sa préférence pour un surréférencement des offres labellisées au sein des moteurs de recherche, mais députés et sénateurs ont vite compris les dangers de toucher aux algorithmes de Google & co.

Un portail légal, des contenus labellisés

Hier soir, lors des débats, il a été montré le caractère vaporeux de cette notion « d'offre légale » ; elle n'est définie par aucun texte, constatait le député Jean Pierre Brard (app. PCF) pour qui les offres sont libres dans une économie de marché et « seul le pouvoir judiciaire est apte à se prononcer sur leur caractère légal ou non et ce n'est pas à une autorité administrative de labelliser des offres commerciales ». De plus, poursuivait le député, « la loi ne dit rien sur quels seraient les critères de l'Hadopi pour labelliser (sachant qu'il y a confidentialité des accords passés entre plateformes et ayant droit, au regard du droit des affaires) ».

D’autres feront valoir à Christine Albanel que le portail d’offres légales va avoir un effet discriminant pour les sites étrangers. En vain.

De notre côté, nous pouvons prédire dès à présent son explosion puisque toute création de l’esprit a le droit à la protection de la Hadopi. Aussi, le portail pourra et devra même référencer toutes les offres légales au monde : qu’elles soient musicales, littéraires, audiovisuelles, etc., et pourquoi pas liée à la presse, qui elle aussi a droit à cette fameuse labellisation… Autant dire que le label va s’écrouler sur lui-même, implosant sous l’effet du poids et de la dévalorisation de ce coup de tampon.

Mais il y a mieux.

Offre légale, offre régale

De fait, nous l’avons constaté : des petits malins ont déjà flairé le filon de ce fameux "portail". Preuve de la forte adaptabilité d’Internet, plusieurs noms de domaine ont été déposés ces derniers jours pour anticiper la création de ce futur site. "Offre" et "Légale" sont ainsi déclinés sous différentes orthographes et extensions auprès des bureaux gérant les noms de domaine :
Etc. Aucun de ces noms n'a été déposé au nom du ministère. D’autres dégénérescences sont évidemment attendues. Cet effet montre le risque d’une telle plateforme où chacun va pouvoir faire croire à l’internaute qu’il est le grand « labellisateur » institué par la Hadopi.

Gageons que ces présents dépôts ne sont le fruit que d’une simple course au nom de domaine, un jeu, mais on peut prédire sans mal de futurs risques d’arnaque par phishing : des sites qui auront l’apparence rassurante du portail gouvernemental, mais conduiront vers de fausses plateformes où le seul objectif sera de glaner les coordonnées bancaires des internautes…

hadopi nom de domaine

Le domaine "Hadopi" également visé

On notera que l’Autorite de régulation des mesures techniques, qui fut créé par la DADVSI, a depuis longtemps déposé le nom Hadopi sous toutes ses extensions (.com, .net, .org, .me, .info, .fr). Mais pas toutes !

Hadopi.tv a été enregistré aux États-Unis, Hadopi.be par un particulier (un certain Florian). Le .Biz (hadopi.biz) semble aussi avoir échappé à la vigilance de la rue de Valois puisqu'il renvoie vers... La Quadrature du Net. Le  .me. vise lui aussi un site contestant le projet.  Bref. A l'avenir, on peut là aussi prédire des trappes dans lesquelles les internautes pourront tomber, si elles sont judicieusement organisées : la commission au sein de la Hadopi va envoyer 10 000 emails par jour. Comment l’internaute fera-t-il le tri entre un vrai courriel d’avertissement et un faux courriel émis d’une adresse Hadopi.XXX ?