Vous avez peur de la loi antipiratage ? La lettre type de l'UMP

Des questions, une réponse 184
Lors du récent colloque organisé par l’UMP, plusieurs députés se plaignaient de recevoir trop d'emails antihadopi ou simplement issus de citoyens inquiétés par le texte du projet de loi Création sur Internet. Un texte qui va conduire à priver d'internet jusqu’à 1000 personnes par jour, forcément ça inquiète le citoyen qui contacte « son » député pour lui demander des explications.

« C’est celui qui va gagner la communication sur ce texte qui va l’emporter vis-à-vis de la population » avait expliqué une députée lors du colloque regrettant que « nos collègues reçoivent énormément de courriers via internet qui nous enjoignent à ne pas entrer dans processus ! Il faut inverser la charge de la preuve : la liberté c’est le respect de la propriété intellectuelle, il faut rentrer dans ce langage inversé là, car les arguments techniques ne seront jamais relayés ».

Ce week-end, le ministère de la Culture prenait le relais qualifiant la Quadrature du Net de «cinq gus dans un garage qui font des mails à la chaîne », afin de pourrir et disqualifier le mouvement de grogne. Chez Marianne, l’enfumage pour éradiquer ce vilain insecte continue : « La Quadrature du Net prétend porter la voix de centaines de milliers d'internautes mais nous savons qu'ils ne sont pas représentatifs (...) Il s'agit juste d'un groupe de pression qui s'est emparé de cette cause de manière illégitime et qui fabrique des adresses IP pour envoyer des mails ! » explique un membre du ministère de la Culture.

La bataille de la communication n’est cependant pas finie. Afin d’aider les députés de la majorité, Jean-François Copé, chef de file UMP à l’Assemblée, vient de faire adresser cette lettre-type à tous les parlementaires de son camp ; le député UMP crédule interrogé sur le texte Création et Internet  devra simplement indiquer le nom du citoyen en bas (à la place des petits points) pour renvoyer le tout à « son » électeur inquiet.

lettre type UMP député jean François Copé

La démarche qualifie déjà la haute tenue des débats que nous attendons au sein de la majorité : le parlementaire n’a pas à se creuser la tête et à simplement manier le copier-coller, un peu comme le fera la Hadopi quand elle enverra les 10 000 mails par jour aux abonnés internet soupçonnés de mal sécuriser leur ligne internet.

(Notre modeste analyse critique de ce texte).