Pour traquer le "camrecording" en salles, on y met les moyens

cinéma film bobine caméra projection libreHollywood revient à la charge concernant la pratique répandue du « camrecording », qui consiste à filmer directement dans les salles obscures les nouveautés avant de les redistribuer sur le Net. Car cette pratique menace gravement les bénéfices des studios hollywoodiens, c'est en tout cas ce que la MPAA estime. Et pour y mettre un terme, les propriétaires de salles de cinéma se sont déjà équipés de lunettes de vision nocturne. Mais une nouvelle mesure pourrait prochainement rendre le camrecording plus complexe encore.

En effet, puisque la lutte contre le piratage est la priorité des salles obscures, et que l'on propose pour ce faire des primes de 500 $ pour tout employé qui prendrait un pirate en flagrant délit, on envisage d'installer des détecteurs de métaux à l'entrée pour traquer les caméras qui seraient introduites frauduleusement.

Et les efforts semblent payer, puisque grâce à des lunettes de vision nocturne, en Virginie, un groupe d'adolescents a déjà été pris sur le fait, alors que l'un d'eux tentait de filmer Transformers sur son téléphone portable. La jeune fille prise en flagrant délit affirmait vouloir montrer un extrait à son petit frère de 13 ans.

Le professeur Babaguchi et ses collègues vont d'ailleurs offrir des outils qui devraient faciliter plus encore la traque des pirates. Ainsi, en insérant, par une technique de tatouage un message secret sur la pellicule, il serait possible de retrouver l'endroit où a été projeté le film et de prévenir le propriétaire de la salle pour l'informer de cette pratique. Ce dernier pourra alors mettre en place des systèmes de protection accrus pour sécuriser au mieux ses séances.

Une autre méthode consisterait à pousser un peu plus loin la détection, et permettre de localiser l'endroit exact d'où le camrecording a été réalisé. La technique, nommée audio watermaking, aurait une marge d'erreur de 44 cm et déterminerait le siège où le pirate serait placé. Grâce à un signal audio placé dans le film, et nécessairement répercuté dans l'enregistrement réalisé, on en saurait plus encore sur le cinéaste amateur.

Les deux techniques peuvent bien sûr être combinées pour assurer une surveillance accrue. Seule déception pour la MPAA, il faut encore attendre que le film soit en ligne pour que le piratage soit constaté. Mais par la suite...

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !