Exclusif : Albanel abandonne la liste blanche des hotspots Wi-Fi

ça sent bon le bon sens 122
Par
le mercredi 04 mars 2009 à 15:20
albanelExclusif PC INpact : Interrogée par nos soins en marge de la conférence UMP sur le projet Création et Internet, Christine Albanel a finalement abandonné l’idée d’une liste blanche sur les hotsposts Wi-Fi. Une idée qu’elle avait pourtant évoquée lors de son audition au parlement.

 « À bien y réfléchir, pour les sites Wi-Fi, à vrai dire, j’ai le sentiment que c’est très incommode d’aller pirater depuis une borne dans un jardin, ce n’est pas terrible en termes de débit, nous a confiée la ministre. Et je pense qu’il vaut mieux avoir recours à la voie de l’injonction et de demander à une collectivité de sécuriser ses bornes et de faire confiance au fait que c’est très peu pratique et avoir recours à des dispositifs pare-feu. »

Voilà quelques jours, devant la Commission des lois, la ministre avait été interrogée sur la question du nomadisme et le risque de déconnexion de nombreuses entités (bibliothèques, facultés, aires d’autoroute, etc.) du fait des téléchargements illicites effectués par les utilisateurs de ces bornes.

La ministre avait répondu qu’ « on pourrait suivre la préconisation du CGTI qui a évoqué la mise en place d’un portail blanc, c'est-à-dire au fond la possibilité que les bornes ne permettent l’accès qu’à un nombre déterminé de sites de façon à ce qu’elle ne puisse pas a priori servir à pirater et cette liste pourrait être établie en concertation avec toutes les parties de façon à ce qu’elles puissent permettre de répondre aux besoins de la vie quotidienne, sans qu’elle puisse servir de base de lancement du piratage, en quelque sorte. Voilà. » Une réponse qui avait soulevé de nombreuses protestations.

Au regard des réseaux chiffrés, sujet abordé par un rapport du Conseil général des Technologies de l’Information (CGTI) où était mis en avant le risque d’une traque aux pirates perdue d’avance si aucune mesure n’était prise contre les manœuvres de dissimulation (notre actualité), la ministre nous a confié : « Vous savez, sur les problèmes de cryptage, il y aura toujours des choses qui seront inventées, et on pourra toujours inventer les réponses, mais la question n’est pas d’éradiquer à 100%, mais de faire baisser dans une pratique de masse le piratage. »