Affaire Beemotion : Priceminister porte plainte contre X

X, cet éternel coupable 26
Dans une conférence de presse organisée ce matin, Pierre Kosciusko-Morizet, le fondateur de Priceminister, a indiqué qu'il portait plainte contre X dans la fameuse affaire Beemotion.fr. Pour rappel, ce site de streaming avait été dénoncé il y a peu par le réalisateur/producteur Luc Besson :

Luc Besson « Le piratage ne pourrait exister sans la complicité objective de bon nombre d'acteurs économiques français qui ont un intérêt financier à faire perdurer le système » estimait Luc Besson, citant notamment Free, l'hébergeur de Beemotion.fr, site qui proposait « des centaines de films en streaming qui, parfois, viennent tout juste de sortir en salles ».

Outre Free, Priceminister, dont des publicités auraient été vues sur ce même Beemotion, a aussi été cité par Besson. Si Beemotion n'est aujourd'hui plus du fait de cette publicité trop médiatique, Priceminister avait peu apprécié les propos de Luc Besson à son sujet : « Ils savent très bien ces gens-là, ils savent très bien qu'ils mettent de l'argent dans des choses qui ne sont pas légales. »

Priceminister agacé et énervé

Pierre Kosciusko-Morizet avait aussitôt réagi dans nos colonnes : « Je regrette cependant qu'il prenne un tel exemple cela sans se poser la question de ce qui se passe derrière. (...) Il n'est pas sans savoir, car c'est un homme intelligent, que sur Internet, on ne maitrise pas sur quel site on fait de la pub. Et s'il croit qu’on maîtrise, c’est qu'il n’a rien compris. »

C'est en rapport avec cette maîtrise que Priceminister porte plainte contre X. Le but est notamment de savoir comment les bannières Priceminister ont pu se retrouver sur le site de streaming Beemotion (ou d'autres sites de ce type), alors que Priceminister dispose d'un réseau de 20 000 sites affiliés tous parfaitement identifiés, réseau auquel ne figurait pas Beemotion avant sa fermeture.

D'après Priceminister, cette action permettra de tracer avec exactitude le cheminement de ses annonces, et ainsi de répondre à Luc Besson : « Cela ne sert à rien de lancer des condamnations incantatoires sans réfléchir vraiment à ce qui se passe derrière » nous confiait d'ailleurs Pierre Kosciusko-Morizet.

Priceminister enquête et s'explique

Choqué et même très énervé par Luc Besson, Pierre Kosciusko-Morizet s'est défendu en rappelant que Priceminister était l'un des acteurs qui luttaient le plus contre la contrefaçon. Le patron de Priceminister nous a d'ailleurs expliqué un peu plus en détail comment une de ses bannières a pu se retrouver sur un site tel que Beemotion.

Pierre Kosciusko-Morizet « Priceminister a fait le choix de valider nommément chaque affilié, ce qui n'est pas le cas de tout le monde. Cela a un coût, car on ne veut pas que nos bannières soient sur des sites illégaux. On investit de l'argent pour contrôler notre réseau de diffusion de bannières. Il s'est avéré que concernant Beemotion, après enquête, que ce n'était pas un de nos affiliés et que la régie de publicité qui diffusait les bannières elle-même n'était pas non plus un de nos affiliés. »

Plus précisément encore, PKM explique : « Quelqu'un s'est affilié à Priceminister, en indiquant un autre site, un site légal, sans aucun souci. Il a réutilisé son identifiant d'affilié pour devenir partenaire d'une régie qui se nomme Allotraffic, pour ensuite afficher nos bannières sur son site. »

Réitérant son opposition aux sites illégaux, PKM en a profité pour gentiment tacler Luc Besson : « Il faut être plus efficace dans la lutte contre le téléchargement, il (Beemotion) était petit et est devenu gros quand Luc Besson en à parlé. À mon avis, il ne faut pas s'exprimer sans se renseigner avant, ce genre de sortie bénéficiant au contrefacteur. »

Photo de PKM @ Flickr.