Internet Explorer, un avantage déloyal de Microsoft selon Google

Hmm... de bon matin... 195
chromeDans la guerre tactique qui se déroule actuellement à Bruxelles au sujet des navigateurs, un acteur n'était pas encore intervenu pour donner son avis sur la fermeture dont Microsoft fait preuve, et cet acteur, c'est Google...

Et il ne s'est pas privé : estimant que le comportement de Microsoft qui refuse d'ouvrir son Windows aux autres navigateurs lui confère un avantage déloyal, un responsable de Google est intervenu pour dénoncer cette position dans un parc informatique où l'OS est clairement en situation de dominant.

On ne s'étonnera pas de cette prise de position dans la mesure où la société a elle-même lancé son propre navigateur voilà quelque temps, Chrome. Et l'on comprend dès lors que la société désire l'ouverture de Windows à d'autres navigateurs, et plaide en faveur d'une concurrence plus saine. En outre, plus de rivalité entre les outils proposés aux internautes ne manquera assurément pas de favoriser la recherche et la mise en place de technologies plus efficaces, clame Google.

Mozilla avait déjà pour sa part donné son avis sur la question qui oppose la Commission européenne à Microsoft. Ainsi, « les dégâts provoqués par Microsoft à la concurrence, l’innovation et au rythme de développement du Web lui-même sont à la fois flagrants et toujours d’actualité. Les questions de savoir s’il y a un bon remède et ce que serait ce remède sont bien distinctes », estimait la Fondation.

Avec ce petit tacle venu d'un nouveau venu dans le domaine, nul doute que l'entaille faite dans la suprématie d'Internet Explorer sera plus grande encore.