Facebook élève les risques de dépression pour les adolescentes

déprime libre fille Partager ses peines de coeur, ses émois sentimentaux ou ses coups de déprime n'a jamais été aussi simple qu'avec les réseaux sociaux qui permettent par exemple d'afficher une petite phrase sur notre humeur du moment.

Avant on passait des heures au téléphone pour ne rien se dire, maintenant on squatte l'écran. Sauf que cela accentue l'anxiété et la déprime, vient de montrer une étude, comme jamais ce ne fut le cas auparavant.

Car finalement, et tout particulièrement chez les adolescentes, cela aggraverait leur état d'esprit, enclin au romantisme et provoquerait des émotions plus négatives encore. Pour Joanne Davila, professeure de psychologie qui a dirigé cette étude, la profusion des outils technologiques de communication pourrait conduire à la dépression. Elle inclut dans le lot les textos, les réseaux sociaux et les logiciels de messagerie.

Elle et son équipe ont interrogé 83 ados de 13 ans. On leur a demandé combien de temps elles passaient avec leurs amies à tenter de résoudre leurs problèmes en ligne, combien de fois elles se renvoyaient la balle par un soutien mutuel, ou encore la tendance à ressasser les mêmes problèmes... Un an plus tard, on les a fait revenir et l'on a sondé leurs aptitudes à la déprime : pour les plus romantiques d'entre elles, les résultats ont montré que les tendances s'accentuaient par le biais de ces moyens de communication.

Si parler peut aider à surmonter une épreuve, explique Joanne, les adolescentes ne saisissent pas que trop parler peut avoir l'effet inverse de celui escompté. Il revient alors aux parents de faire attention à ce que l'obsession de l'échec ne s'installe pas, par le biais de ces outils. Mais pourquoi les garçons seraient moins sensibles alors ? Le professeur Davila estime que pour l'heure, les discussions d'adolescents se portent sur leur dernière partie de jeu vidéo ou bien la dernière fois qu'ils se sont vus.

« Mais il y a une possibilité qu'ils puissent commencer à discuter de leurs problèmes émotionnels plus que par le passé, ce qui pourrait induire un risque aussi pour eux. »

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !