Entrer à la Maison blanche, c'est passer d'une Xbox à un Atari

Des mises à jour de sécurité ? Ça existe ? 92
Le 44e président des États-Unis a mené une campagne geekesque, ou presque, s'appuyant sur une multitude de ressources technologiques, à commencer par le Blackberry qui est devenu pour Barack Obama une véritable arme de guerre.

Durant toute la campagne, les ressources Internet ont largement été utilisées, que ce soit via Facebook, ou par le site du candidat, lesquelles sont désormais prohibées par les règlements fédéraux. Petite entorse à cette législation toutefois, le président pourra conserver son Blackberry chéri. Mais voilà, la prise de possession de la Maison blanche pour l'équipe du président s'est également accompagnée d'une sacrée surprise et les journaux américains n'hésitent pas à parler d'un président Web 2.0 qui s'installe dans une administration 0.1...

Pour faire un rapprochement simple sur l'état de l'équipement de la Maison blanche, Bill Burton, porte-parole du président a résumé le constat en cette phrase lapidaire : « C'est un peu comme de passer d'une Xbox à un Atari. » Mais n'allez pas croire pour autant que l'équipe souhaite promouvoir la marque de Microsoft.

Le Washington Post qui relate l'histoire de ce retour au Moyen Âge de l'informatique précise que les gens d'Obama ont constaté que les logiciels de Redmond installés sur les machines étaient passablement obsolètes. On évoque ainsi des logiciels datés de 6 ans dans l'aile ouest. Comble du comble, et surtout problèmes multiples de compatibilité en vue, le camp Obama aurait décidé de passer sous Mac pour faire son boulot.

Des problèmes de mise à jour du site officiel de la Maison blanche avaient même été constatés... En tout cas, l'ère du changement semble bien s'appliquer ; au cours de sa campagne, l'accès au haut débit pour les régions mal desservies avait été l'un des arguments déployés par le candidat Obama. Comme on dit, ce sont toujours les cordonniers les plus mal chaussés...