Test de la démo PhysX de Cryostasis sur un SLI de 8800GT [MàJ]

Nous avons testé la dernière démonstration technologique du PhysX, réalisée par les créateurs du futur jeu vidéo Cryostasis.

Le but est ici de voir les capacités du PhysX sur GPU, avec plusieurs réglages de configuration : SLI activé ou non, CPU overclocké à 3,3 GHz ou bridé à 1,8 GHz, haute résolution (1920 x 1200) ou basse résolution (1280 x 800) et évidemment, PhysX sur GPU ou sur CPU.

Configuration de test :
CPU : Core 2 E4600 @ 3,3 GHz (300 x 11)
GPU : Deux GeForce 8800GT @ 660 / 1650 / 1900 MHz
RAM : 4 Go DDR2 @ 960 MHz en 4-4-4-12
Chipset nForce 750i SLI (Asus P5N-D)
Forceware 180.48


XCryostasis PhysX test 8800GT sliXCryostasis PhysX test 8800GT sli

La démo est disponible dans le pack Graphics Plus de NVIDIA, sur cette page, ou sur la nZone. Lors de son installation, on aura droit à une nouvelle version du pilote PhysX, pas encore publiée, la 8.11.18.

CryostasisCryostasisCryostasis

Les effets physiques sont plutôt réussis, mais ne sont pas encore parfaits. On remarque par exemple que l'eau reste assez « visqueuse », avec des gouttes plutôt grosses, qui se comportent finalement plus comme un genre de mercure, ou de « slime » !

Notez qu'il nous a été impossible de dédier une des deux cartes au calcul PhysX, NVIDIA ne semble pas proposer cette option lorsque les deux cartes graphiques sont identiques. MàJ : Nous avons finalement réussi à activer ce mode, en connectant un moniteur à la seconde carte et en passant par l'ancien tableau de contrôle du PhysX, toujours disponible sous Vista à cette adresse : "c:\Windows\System32\physXCplUI.exe". Les résultats sont mis à jour.

Reste que les résultats sont plutôt conformes aux prévisions, ils sont classés par ordre décroissant en fonction du nombre moyen d'images par seconde. Quelques brèves observations :

Physx Test cryostasis
  • En basse résolution, les résultats confirment que le SLI n'apporte aucun gain de performance réel, car le CPU bride la configuration. Du même coup, on voit que PhysX sur GPU s'avère assez bien indépendant de la fréquence du CPU.
  • En haute résolution, la fréquence du processeur n'a pas d'impact sur les performances lorsque le PhysX est activé sur GPU. Un peu plus en basse résolution, mais la tendance est la même dans tous les jeux indépendamment du PhysX (les cartes graphiques sont bridées par le processeur).
  • Le nombre maximal d'images par secondes est presque aussi élevé lorsque le PhysX est calculé sur le CPU : en effet, nous avons remarqué que certaines scènes (dont les dernières secondes en fin de démo) sont presque aussi rapides qu'avec le PhysX, alors que le calcul de la physique semble tout aussi intense. Bug ? PhysX matériel qui s'active par erreur ? Quoi qu'il en soit, le reste de la démo rame énormément avec le PhysX sur CPU, et ces accélérations sont manifestement trop brèves pour fausser la moyenne d'image par seconde.
  • MàJ : On constate que le fait de dédier une des deux cartes au PhysX apporte un gain de performance en petite résolution avec un bon processeur en soutien.
Bref, c'est tout de même en très bonne voie. Plus les GPU seront puissant, plus l'eau paraîtra liquide dans les prochains jeux adaptés. Ce n'est en fait qu'une question de nombres de particules à simuler, sachant que dans cette démonstration certaines scènes gèrent jusqu'à 30 000 particules.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !