Le prix des terminaisons d'appel mobile sera bien divisé par 2

Diviser pour moins payer 36
Catastrophe pour Orange, SFR et Bouygues Telecom, l'ARCEP, soutenue par l'Europe, a confirmé hier sa décision d'encadrement tarifaire des terminaisons d'appel (TA) vocal mobile, soit ce que paie un opérateur (fixe ou mobile) lorsque son abonné appelle un autre abonné d'un autre opérateur. « Du fait du sens des communications ainsi acheminées, on dit que cet opérateur « termine » les appels vers le réseau de destination » précise l'Autorité.

54 % de baisse d'ici au 1er juillet 2010

sexy téléphone langue librePour rappel, le 1er juillet 2009, ces fameux tarifs de terminaison d'appel mobile passeront de 6,5 à 4,5 centimes d'euro par minute pour Orange et SFR, et de 8,5 à 6 centimes par minute pour Bouygues Télécom. Un an plus tard, le 1er juillet 2010, ces mêmes tarifs régresseront à nouveau, de 4,5 à 3 centimes pour les deux leaders du marché, et de 6 à 4 centimes pour Bouygues.

Une double baisse extrêmement importante donc, puisque Orange et SFR verront leurs TA baisser de 54 % en un an, tandis que Bouygues Telecom verra ses TA reculer de 53 %.

Mais pourquoi une telle régulation de la part de l'ARCEP ? Cette dernière explique que chaque opérateur se trouvant « en situation de monopole sur le marché de la terminaison d'appel sur son propre réseau, (...) aucune concurrence potentielle ne peut se développer sur un marché de terminaison d'appel ».

En somme, sans régulation, les opérateurs pourraient pratiquer n'importe quels tarifs, et fort probablement pas inférieurs aux tarifs actuels.

« En conséquence, la décision n°2007-0810 impose aux trois opérateurs mobiles métropolitains les obligations d'accès et d'interconnexion, de non discrimination, de transparence, de publication d'une offre de référence, de séparation comptable et de comptabilisation des coûts, ainsi que de pratiquer des tarifs reflétant les coûts correspondants pour les prestations de terminaison d'appel vocal mobile ainsi que d'accès aux sites relatives à la terminaison d'appel vocal. »

Quelles conséquences financières ?

Point important, l'ARCEP précise que ces tarifs ne sont pas fixes, mais qu'il s'agit de plafond. En somme, rien n'empêche les opérateurs de pratiquer des prix en-deçà. Une situation qui a cependant bien peu de chances d'arriver, SFR et Orange ayant déjà vertement protesté contre cette forte baisse des tarifs des terminaisons d'appel. L'ARCEP note pourtant qu'elle s'appuie sur une moyenne européenne, tout en prenant en compte diverses spécificités des opérateurs français.

Financièrement, d'après l'Autorité, les conséquences sur les opérateurs seront importantes, sans pour autant être monstrueuses, contrairement aux dires d'Orange et SFR : « À titre d’ordre de grandeur, une baisse de 1centime d'euro correspondrait, toutes choses égales par ailleurs, à une perte pour les opérateurs mobiles de l'ordre de 125 millions d'euros, soit environ 1,5% de leur EBITDA. Cet effet est d'autant plus faible que l'on tient compte des regroupements Orange-France Télécom d'un côté et SFR-Neuf de l’autre. »

Vers une offre illimitée fixe vers mobile ?

Autre intérêt à cette baisse des prix des TA, le développement d'offres fixe vers mobile. L'ARCEP, remarque que les offres convergentes se sont multipliées grâce aux FAI (Internet, Télévision, Téléphonie Fixe illimitée), mais concernent généralement peu la téléphonie mobile, hormis quelques heures "offertes" avec Alice et Bbox de Bouygues Telecom. Or, à l'inverse, il existe de nombreux forfaits mobiles proposant l'appel illimité vers les fixes.

« Dans le cadre d'une tendance forte au développement des offres illimitées, des niveaux tarifaires de terminaison d'appel mobile élevés font peser un aléa financier considérable sur les opérateurs fixes qui voudraient développer des offres illimitées vers les mobiles » précise l'ARCEP.

Reste à vérifier si les années 2009-2010 rimeront avec baisses des tarifs et nouvelles offres, notamment appels illimités du fixe vers les mobiles, chamboulant le paysage français. Désormais tous impliqués sur le marché des FAI, les opérateurs mobiles France Télécom (Orange), SFR (Neuf Cegetel) et Bouygues Telecom (Bbox) proposeront-ils tous des offres triple-play avec téléphonie fixe illimitée vers les mobiles, voire quadriple-play avec téléphonie mobile illimitée ?