Spam : 1 personne sur 12,5 millions cède et achète sur Internet

Spam spam spam spam spam 65
 Les spams, ces courriers indésirables, véritables plaies d'Internet, génèrent de l'argent, beaucoup d'argent. Ceux que l'on appelle les spammeurs, parfois fortement punis par la justice, peuvent donc rapidement devenir millionnaires. Mais comment ?

Spam pharmacy NilSelon une étude très intéressante de l'université Berkeley (Californie), basée sur trois campagnes de spam comprenant près de 470 millions d'emails non désirés, cette activité serait profitable, malgré un taux de réponse incroyablement faible.

En effet, entre les antispams et l'expérience grandissante des Internautes, les spams ne fonctionnent plus avec grand monde. Mais ils fonctionnent. En tout cas suffisamment pour que cette activité frauduleuse prospère, l'étude expliquant qu'un taux de réponse de seulement 0,000001 % (1 pour 100 millions) est suffisant pour rester profitable. Or, toujours selon l'étude, les spammeurs auraient un niveau de réponse bien supérieur.

L'une des trois campagnes étudiées, la plus importante, portait sur des produits pharmaceutiques et concernait 347,6 millions de courriels, principalement envoyés par le botnet Storm. 10 522 personnes ont succombé à la tentation du clic et ont donc visité des sites. Cela représente un niveau de réussite de 0,00303 %. Sur cette petite part, 28 ont finalement acheté un produit, soit un taux de réussite proche de 1 pour 12,5 millions, soit 0,000008 %. Un nombre ridicule et pourtant suffisant selon les chercheurs américains de l'université californienne.

Quand on pense qu'environ 120 milliards de spams sont envoyés chaque jour, un taux de réussite d'1 pour 12,5 millions signifie donc que près de 1000 personnes par jour, et donc plus de 360 000 personnes cèdent chaque année aux spams. Et la campagne pharmaceutique est celle qui a récolté le moins de réussite, celle sur le poisson d'avril obtenant un résultat deux fois supérieur notamment.

Financièrement, l'étude se veut mesurée. Si elle confirme que plusieurs millions de dollars peuvent bien être dégagés chaque année, elle réfute cependant l'idée que certaines personnes puissent gagner plusieurs millions de dollars par jour. L'université parle ainsi de 3,5 millions de dollars par an pour une campagne de spam pharmaceutique. Et encore, cette somme n'est qu'une extrapolation sur 365 jours de la campagne qu'ils ont étudié, et qui n'a duré qu'un mois environ, pour des gains d'environ 9500 $ par jour (soit 247 000 $ en 26 jours, durée exacte de l'étude). Cette même somme (de 9500 $) est elle-même une extrapolation, les chercheurs jugeant qu'ils analysaient 1,5 % des spams pharmaceutiques, pour un gain périodique de 140 $ (donc 9333,33 $ pour 100 % des spams).

Enfin, l'université estime que les campagnes de spams s'appuyant sur les vers et le botnet Storm « peuvent créer entre 3500 et 8500 nouveaux bots par jour ». Soit entre 1,277 et 3,1 millions de nouveaux ordinateurs infectés par an...