Google peut supprimer des applications des téléphones Android

Pour votre bien 111
T-Mobile HTC Google AndroidLa sortie de la plateforme Android de Google pour les téléphones portables est un petit évènement qui va très certainement créer son propre sillage dans le monde de la téléphonie. Trop de constructeurs attendent une occasion réelle de contrer l’iPhone, et on ne peut pas dire que la technologie présentée par Windows Mobile soit au goût du jour. Certains choix faits par Google restent tout de même sujets à critiques.

Il y a quelque temps, on apprenait l’existence d’un « Kill switch » dans l’iPhone, qui avait ensuite été confirmé officiellement par Steve Jobs dans une interview au Wall Street Journal. Un kill switch est une sorte de détonateur à distance qui permet en l’occurrence à Apple de tuer une application ciblée sur les iPhone. Il s’agit d’un moyen pratique pour la firme de Cupertino pour se débarrasser en urgence d’un code quelconque qui serait jugé inapproprié.

Cette notion « d’inapproprié » est d’ailleurs assez floue, mais les explications officielles se comprennent aisément : il faut pouvoir s’occuper d’une situation urgente comme la dissémination d’un code malveillant. Et il est maintenant certain que Google a préparé exactement la même possibilité sur Android pour les applications qui seront distribuées sur l’Android MarketPlace.

Dans le G1, disponible actuellement aux États-Unis, dans l’à-propos de l’appareil, on trouve le texte suivant : « Google may discover a product that violates the developer distribution agreement ... in such an instance, Google retains the right to remotely remove those applications from your device at its sole discretion ».

Pour ceux qui ne parlent pas anglais, la traduction est simple : Google se réserve le droit de supprimer tout produit sur le téléphone qui violerait les conditions de distribution des applications pour les développeurs. Il y a donc un corollaire que l’on devine sans peine : le mode de distribution fait référence à l’Android Market Place. Google parle donc très probablement de l’obtention d’applications par d’autres moyens.