On a REtesté : passer de 30 Mbits à 100 Mbits chez Numericable

Chibre optique 470
On le sait depuis plusieurs mois maintenant, le fournisseur d'accès Numericable, seul en France à exploiter la technologie du câble face à l'ADSL, renouvelle son réseau à grands coups de fibre optique. Nous avons voulu voir si le changement pour l'utilisateur est significatif, en passant d'un ancien abonnement annoncé à 30 Mbits/s, à la nouvelle formule rebaptisée « jusqu'à 100 Mbits/s ».

Des débits qui sont bien sûr théoriques, comme ceux annoncés par l'ADSL d'ailleurs. En passant par là, le marketing a fait son job, annonçant de la fibre à tout-va, et du 100 Mbits en veux-tu en voilà. Au-delà des discours techniquement édulcorés, voyons donc ce que la fibre optique apporte à l'utilisateur par un essai pratique.

Buvez du sang, mes gars !

Nous avons donc résilié notre abonnement à 30 Mbits/s pour adopter la nouvelle formule à 100 Mbits/s, car notre zone de connexion était « éligible ». En gros cela veut dire que la boucle sur laquelle nous étions connectés était désormais basée sur de la fibre optique. Une semaine après avoir signé le nouveau contrat, nous avons donc reçu un autre modem, qui s'avère être exactement le même que le précédent : le NetGear CVG834G. On sait maintenant que ce modem n'était pas le bon à 100 Mbits/s.


Nous avons d'ailleurs eu un peu plus de détails de la part des techniciens venus en urgence installer le bon modem. Durant trois jours, une rupture de stock de modem 100 Mbits/s sur Bordeaux a contraint les techniciens à installer d'anciens modems 30 Mbits/s pour tenir leurs délais ! Etonnant, mais la situation semble désormais être du passé puisque les stocks de modem 30 Mbits/s sont désormais épuisés sur Bordeaux.

Reste que les malchanceux, comme nous, qui ont hérité du mauvais modem pourront se rendre à leur boutique numéricable pour échanger leur modem sur le champs, c'est aussi l'avantage de Numericable, les boutiques sont accessibles et plutôt souples avec les histoires de modems à changer.

numericable

numericable

numericable
Voici donc le vrai modem 100 Mbits/s, que l'on peut distinguer
par sa connectique arrière et ses éclairs en façade.
On l'a tout de suite surnommé Flash Gordon !

Quelques considérations sur le modem NetGear CBVG834G à 100 Mbits/s (norme pré-DOCSIS 3.0) :
  • L'organisation de la connectique arrière change, et la prise d'alimentation empêche l'antenne Wi-Fi de se mettre dans l'alignement du modem lorsqu'il est placé à la verticale.
  • Le Wi-Fi reste en 54 Mbits/s classique (802.11g)
  • Le modem chauffe beaucoup, contrairement à la version 30 Mbits/s qui ne dégageait presque pas de chaleur.
  • Le modem ne se désynchronise plus du tout, mais souffre tout de même de microcoupures fréquentes, certainement causées par notre propre connexion (voir la fin de l'article).
  • Le firmware est grandement amélioré par rapport à la version 30 Mbits/s : plus de problème pour supprimer les adresses MAC résidentes, et le backdoor d'accès à l'admin (le fameux MSO etc.) est bloqué dès que le modem est connecté, ce qui est tout de même une énorme faille de sécurité en moins, pour ceux qui n'avaient pas changé le mot de passe.
Avec ou sans méga ?

Avant d'activer le nouveau modem sur le nouvel abonnement, nous avons effectué quelques tests de débits sur la ligne annoncée à 30 Mbits/s. La méthode est simple : télécharger à bloc sur plusieurs serveurs français différents, des images de distribution Linux, des démos de jeux vidéo, du gros fichier, à raison d'une quinzaine de téléchargements simultanés afin de pousser la connexion à bout.

Novembre 2007

La première mesure date de novembre 2007, et les débits étaient plutôt mitigés. Certes, les performances n'étaient pas si mauvaises pour du « 30 Mégas », mais plafonnant à 25 Mbits/s et avec un débit extrêmement irrégulier. La dernière mesure avant le changement de formule s'est effectuée lundi dernier, 29 septembre. Et là surprise, le débit est plutôt excellent, entre 20 et 29 Mbits/s, sans jamais toutefois dépasser la limite théorique de l'abonnement. Nous avons alors cru à un bridage induit par les termes du contrat, sachant que la boucle fibrée pouvait potentiellement offrir mieux.

Il faut tout d'abord constater que les « anciens », abonnés au 30 Mbits/s sur une boucle « éligible » à la fibre optique, sont en fait déjà sur une base fibrée puisque la boucle est la même pour tous les abonnés au câble de sa zone. Seul leur modem 30 Mbits/s bride leur connexion, mais il leur faudra changer d'abonnement pour bénéficier de la version 100 Mbits/s.
 
numericable
Un jour avant le changment de formule

numericable

numericable
Deux mesures après le changement de formule pour le 100 Mégas,
mais avec un modem 30 Mbits/s

Avec le modem 100 Mbits/s : du 85 Mbit/s en moyenne de téléchargement !
Et du 4 Mbits/s en upload !
numericable

Aucun doute, les résultats sont monstrueusement jouissifs. On obtient en clair un débit de réseau local sur le Net ! Cette mesure a cependant été réalisée sur un FTP Debibox Pro libre basé à Bezons, mis à disposition en toute INpactitude par Daniel. Merci à lui. Sur Internet, les résultats sont forcément moins impressionnants, bridés par le réseau lui même. Mais tout de même : on obtient une moyenne de 50 Mbits/s descendant et de 2,6 Mbits/s en upload.

A gauche : un jour avant le changement de formule
A droite : après le changement vers les 100 Mégas, avec modem 30 Mbits.

numericable
Avec un modem 100 Mbits/s, des résultats limités
par le réseau lui-même
lorsqu'on surfe sur le Net.
numericable

Sur BitTorrent, nous avons uploadé au maximum à plus de 480 Ko/s (3,8 Mbits/s) en pic. Notez que le fichier en question était évidemment un film de vacances tout ce qu'il y a de plus (il)légal.

numericable
numericable

Les pings (latence) sont aussi très corrects pour les joueurs, entre 20 ms sous Counter Strike et 40 ms sous World of Warcraft dans le cas de notre connexion. Mais tout n'est pas rose chez Numericable...

Un cent impur abreuve nos sillons

Soulignons quelques gros problèmes du fournisseur d'accès. Si ses connexions sont d'une qualité potentielle indéniable, elles souffrent de gros défauts de... déconnexions bien trop fréquentes, pluriquotidiennes, et qui durent parfois plusieurs dizaines de minutes, voir plus d'une heure dans notre cas (ce fut le record) avant que le modem ne daigne se resynchroniser.

C'était le cas avec le modem 30 Mbits/s, la version 100 Mbits/s ne se désynchronise plus mais souffre toujours de microcoupures de connexion qui suffisent à déconnecter un joueur sous World of Warcraft, un MMO pourtant très tolérant aux gros lags. Et ces problèmes sont toujours concentrés entre midi et deux heures, on ne sait pas pourquoi, c'est magique.

numericable pub tvJustification reine des employés de Numericable et des techniciens sous-traitants : « l'installation de la fibre optique provoque des difficultés de réseau ». Bref, merci pour le déplacement, et pour les déconnexions quotidiennes depuis trois mois dans notre cas, particulièrement à partir de midi, on ne sait pas pourquoi. Et mieux encore, il est fort probable qu'on ne le sache jamais !

Autres irritations chroniques, les modifications des tarifs et des termes du contrat :
  • La location du décodeur TV est passée de 2 euros l'an dernier, à 3 euros en mars 2008, puis à 5 euros depuis juin dernier !
  • Avant, la résiliation du contrat se faisait sans frais aucun à la date de renouvellement des 12 mois d'engagement, ce qui est tout à fait normal lorsque l'on offre ce système cyclique (voir les opérateurs téléphoniques mobiles). Mais depuis les nouveaux contrats du 15 septembre dernier, il faudra non seulement s'engager pour 12 mois, mais aussi payer 40 euros de frais de résiliation pour ne pas le renouveler ! Un comble, quand la tradition commerciale voulait que ce soit ou l'un ou l'autre, mais Numericable semble bien vouloir bousculer les bonnes vieilles méthodes.
  • Une petite pensée pour les anciens abonnés, qui voient aujourd'hui leur abonnement monter de 2 euros (toujours à la date de renouvellement de leur engagement de 12 mois), tout ça parce que la fibre est censée changer leur vie. Alors qu'elle leur apporte dans de nombreux cas de grosses déconnexions pendant les travaux qui consistent à l'installer !
Voilà de quoi préparer le terrain à une éventuelle décision de passer au câble. Les débits et la latence sont, sans aucun doute, absolument sexy, mais la qualité du réseau n'est pas non plus parfaite. On le conseillera copieusement dans le cas d'une connexion avec beaucoup d'utilisateurs, familles nombreuses ou collocation d'étudiants en informatique drogués au Net, car l'ADSL n'offre souvent pas la moitié des débits réels du câble, c'est un fait.