Microsoft et Nokia adoptent la bibliothèque JavaScript jQuery

Et une surprise, une 39
Dans le paysage du Web, Microsoft n’a pas bonne presse. Dans le passé, la part de marché d’Internet Explorer a conduit le géant du logiciel à se laisser largement aller dans ce domaine, et puisque la concurrence n’existait peu ou pas, l’éditeur pouvait se contenter de réinventer la roue au fur et à mesure pour modeler le Web à son image.

visual studioPuis Microsoft a tué Netscape, et de Netscape est ressorti Firefox, aujourd’hui de loin la cause principale du grand remue-ménage dans le monde des navigateurs. Et la firme, qui comptait imposer ses technologies, a dû finalement faire machine arrière, mais, après des années d’inertie et de stagnation, difficile de partir dans une direction diamétralement opposée. Les versions d’Internet Explorer se portent donc doucement, version après version, vers un respect des standards, mais Microsoft vient de réaliser un mouvement surprenant qui devrait soulager quelques développeurs Web.

Alors qu’il y a quelques mois, Microsoft révélait son propre programme AJAX et que celui-ci montrait que la firme allait encore une fois inventer ses propres fonctions plutôt que de puiser dans l’existant, les choses ont changé. Et c’est plus particulièrement sur le JavaScript que ledit changement de cap intervient : plus question de créer quoi que ce soit, Microsoft va utiliser jQuery.

Pour rester simples, jQuery est une bibliothèque open source qui est utilisée pour réaliser l’interaction entre le code JavaScript et le code HTML. En simplifiant les commandes communes du JavaScript, jQuery permet à un développeur de réaliser simplement une page dynamique et gère, entre autres, le parcours et la modification du DOM, les évènements, mais aussi les effets et les animations. Il s’agit en somme d’un « kit » très apprécié. D’ailleurs, un très grand nombre de sociétés l’utilisent, et notamment des géants comme Google et Amazon.

L’annonce de Microsoft porte sur l’intégration de jQuery au sein de Visual Studio ainsi que d’ASP.NET. L’intégration au sein de Visual Studio signifie que la bibliothèque profitera des fonctionnalités habituelles de l’environnement de développement qu’on retrouve sur les bibliothèques propres à Microsoft comme IntelliSense.

Et non seulement Microsoft se tourne vers jQuery, mais il en est également de même pour Nokia, qui a annoncé que la bibliothèque serait intégrée à son système d’exploitation S60 pour téléphones mobiles. C’est assurément une bonne nouvelle, mais l’annonce de Microsoft sera évidemment plus importante en termes de retombées.

Pour les intéressés connaissant la langue de Shakespeare, le responsable Scott Hanselman de chez Microsoft fait une démonstration de quelques possibilités sur son blog.