Le WiMAX en France accuse un développement bien trop lent

L'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) commence à s'impatienter. Alors que la fibre optique patauge malgré les bons résultats de Numericable, et ne prendra son envol en France qu'au cours de l'année 2010 – au plus tôt – le WiMAX tarde lui aussi à se démocratiser.

Un déploiement inférieur aux engagements

WiMAX licence Alcatel MondeDéveloppé dans certaines régions françaises, notamment en Normandie et en Alsace, le WiMAX, technologie sans fil capable de proposer des débits de plusieurs Mbps sur des dizaines de kilomètres, ne jouit pas du déploiement espéré par l'ARCEP.

Cette dernière a ainsi contrôlé récemment le respect des obligations des détenteurs des autorisations d'utilisation des fréquences de boucle locale radio (BLR) dans la bande 3,4-3,6 GHz délivrées en juillet 2006. Plus de deux ans après les fameuses attributions, le bilan de l'ARCEP n'est pas flateur.

Si l'Autorité se félicite du déploiement de 500 sites, tout n'est pas parfait, c'est un euphémisme. « Les déploiements sont encore relativement modestes et restent aujourd’hui inférieurs aux engagements pris par les titulaires dans leurs autorisations » conclue amèrement ainsi l'ARCEP.

Plus précisément, un département sur quatre (la France compte 100 départements) bénéficie d'une offre WiMAX, et 16 régions (sur 22) bénéficient de déploiements de premiers sites.

Pourquoi un si faible développement du WiMAX en France ?

WiMAX Alcatel Worldmax AmsterdamLa cause principale de la lenteur du déploiement du WiMAX en France viendrait tout simplement du marché, jugé immature par les principaux acteurs, mais aussi de la technologie, le WiMAX 802.16e étant validé et finalement adopté par tous (ou presque) bien tardivement.

« Les premiers déploiements utilisent les technologies WiMAX 802.16d et 802.16e. La norme 802.16d n’est plus aujourd’hui développée que par quelques acteurs locaux ou par les industriels proposant des produits hybrides 802.16d et 802.16e. En effet, au niveau mondial, les acteurs du marché, équipementiers et opérateurs, se sont orientés vers la version de la technologie WiMAX 802.16e. Cette technologie, arrivée dans un calendrier décalé, permet le nomadisme et annonce de meilleures performances et des économies d’échelle au niveau mondial. Elle a convaincu la majorité des acteurs y compris ceux souhaitant offrir du service fixe. »

Free, unique détenteur d'une licence WiMAX nationale, l'a maintes fois répété : cette technologie n'est pour l'instant pas exploitable, et il faudra attendre, au mieux, 2009, pour voir la filiale d'Iliad déployer sa fameuse licence.

« L'essor de la boucle locale radio dans la bande 3,5 GHz est ainsi largement conditionné par la disponibilité à grande échelle d'équipements 802.16e interopérables et offrant les performances annoncées. Cette disponibilité est elle même fortement dépendante de l'existence d'un marché au niveau mondial que les projets en France ne peuvent à eux seuls constituer » résume l'ARCEP.

En réaction, l'Arcep annonce des mesures drastiques : les titulaires d'autorisation d'utilisation des fréquences de BLR devront ainsi transmettre tous les six mois à l'autorité, l'état d’avancement de leurs déploiements. La prochaine échéance d'obligations de déploiement prévue par les autorisations aura lieu en décembre 2010.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !