Microsoft donne des leçons à Google sur la confidentialité

C'est le Microsoft qui se moque du Google 45
Quel est le moteur de recherche le plus utilisé en France et dans le monde ? Google.
Quel est le groupe attirant le plus de visiteurs visionnant des vidéos ? Google.
Qui domine le marché de la publicité en ligne ? Adsense (Google)
Qui gère une partie non négligeable des courriels en ligne ? Gmail (de Google)
Et qui compte concurrencer Microsoft et Firefox ? Chrome (de Google)

10 ans de retard sur Microsoft

Snut Google Vie Privée Bugs Bunny Et cette liste n'est pas exhaustive. Vous l'aurez compris, plus le temps passe, et plus la pieuvre Google étend ses tentacules à travers le Web. Cette main mise sur la Toile soulève cependant de nombreuses interrogations, notamment sur l'exploitation des données privées de la part de la société californienne.

Alors qui mieux que Microsoft pour commenter cette emprise de Google ? Peter Cullen, responsable de la stratégie sur la confidentialité chez Microsoft, a récemment été interviewé par ZDNet Australie. Ses paroles valent leur pesant d'or :

« Google est une entreprise importante, et elle propose des produits excellents, mais vous savez, sur certains points, je pense que Google est au niveau où Microsoft se plaçait il y a 7 ou 10 ans. Microsoft dispose de plus de 40 personnes travaillant à temps plein sur la confidentialité, et plus de 400 personnes à temps partiel. Google n'a pas – tout du moins si j'en crois ce que j'ai lu à leur sujet – évolué en ce sens », a ainsi expliqué Peter Cullen.

Être dominateur n'est pas sans problèmes

Cullen semble d'ailleurs penser que Google ne maîtrise plus son concept "service contre exploitation des données personnelles", ce qui pourrait, à terme, lui être lourdement défavorable : « Nous pensons à la confidentialité dès la conception du produit... Nous pensons à la manière d'intégrer la confidentialité dans le produit, plutôt qu'à la manière de réagir aux réactions négatives ».

En totale lucidité, et fort de son expérience Microsoftienne, Cullen résume d'ailleurs parfaitement la situation dans laquelle Google se trouve : « Le problème est qu'à chaque fois que vous avez un prestataire sur le marché qui a une part majoritaire de ce marché, les questions commencent à se poser au sujet de ses pratiques, sur ce que sont ses motivations. »

Google, interrogé par ZDNet Angleterre, a vivement réagi : « Nous avons énormément de juristes spécialisés et d'équipes dédiées aux affaires publiques dans le monde entier, dont le travail consiste à réfléchir à l'implication de la vie privée sur le développement des produits. Plutôt qu'un département "confidentialité" unique et isolé, ici à Google, nous intégrons l'importance de la vie privée dans nos produits et systèmes, des ingénieurs aux cadres, guidés par des professionnels de la confidentialité. »

Moralité, grâce à Google, Microsoft a pu donner des leçons sur la domination d'un marché et ses dérives possibles. Une situation pour le moins cocasse.