Micron et Qimonda (Infineon) pourraient ne faire plus qu'un

Faut pas en faire un DRAM 6
L'Allemand Infineon détient, pour son plus grand malheur, Qimonda. En effet, non seulement ce dernier pèse lourdement sur ses finances. Non seulement plusieurs milliers d'emplois seront supprimés dans les mois à venir. Mais mieux encore, le président d'Infineon, Wolfgang Ziebart, a démissionné le 1er juin dernier, pour avis divergeant avec les autres dirigeants de la société.

Max Dietrich Kley aurait-il la mémoire courte ?

Infineon DDR2 Micro-DIMMPour rappel, Ziebart souhaitait se séparer de Qimonda, contrairement à Max Dietrich Kley, le président du conseil de surveillance d'Infineon. Ce dernier avait officiellement annoncé son désir de conserver Qimonda et de la fusionner avec le Néerlandais NXP (Next eXPerience) Semiconductors, ex-Philips Semiconductors.

Finalement, l'idée première de Wolfgang Ziebart semblait être la bonne. Infineon, d'après le Wall Street Journal, s'apprêterait à céder sa filiale spécialiste de la DRAM à son concurrent américain Micron Technology.

Encore à l'état de rumeur, cette information n'en reste pas moins crédible, Infineon n'ayant pas les capacités à redresser Qimonda, chose que Micron semble être à même de garantir. Les 13 500 employés de Qimonda peuvent par contre se poser de sérieuses questions.