Nadine Morano milite pour une police et un Code du Web

nadine morano parents conseils Nadine Morano, secrétaire d'État chargée à la famille, vient de publier une plaquette à destination des plus jeunes. Considérant le Net comme ce « formidable levier au service des apprentissages », elle souhaite cependant apporter l’éclairage sur les « dangers » : « pornographie violente, pédopornographie, cyberdépendance, cyberchantage, cyberdiffamation ».

1200 heures en ligne, 900 heures à l'école

« Nos enfants passent 900 heures par an à l’école et 1 200 heures par an devant leurs écrans. 96 % des adolescents surfent sur Internet tous les jours et l’on compte en moyenne 6 écrans par foyer (télés, ordinateurs, consoles de jeux). Chacun peut comprendre qu’une trop grande consommation de médias nuit à la qualité des relations sociales, influe sur les résultats scolaires et sur la vie familiale », note la Secrétaire d’État avant de souhaiter une année scolaire placée sous le signe de la « confiance ». Une notion que l’on retrouve déjà dans le périmètre de la charte sur le filtrage révélée dans nos colonnes et à laquelle Nadine Morano est partie prenante.

Huit conseils aux parents

Afin de parfaire le rôle des parents, 8 conseils sont donnés dans une plaquette :
  1. Parlez avec votre enfant de ses activités sur la Toile
  2. Activez le logiciel de contrôle parental de votre fournisseur d’accès à Internet sur chaque ordinateur de la maison
  3. Ne laissez pas les jeunes enfants seuls sur Internet
  4. Vérifiez que le jeu vidéo ou en ligne est adapté à l’âge de l’enfant ou de l’adolescent
  5. Limitez le temps consacré aux écrans
  6. Limitez le nombre d’écrans individuels à la maison
  7. Consultez les pages d’information sur les risques présents sur le Net
  8. Signalez les images et propos pédopornographiques
Le document va être distribué dans toutes les écoles primaires et tiré à 4,8 millions d'exemplaires.
nadine morano parents conseils

Une police du Web, un code de la route

Dans une interview accordée au Figaro, Nadine Morano va plus loin. Alors qu’une réunion doit intervenir le 18 septembre avec ses homologues européens, celle-ci explique qu’« à titre personnel, et au vu de la multiplication des affaires qui portent atteinte à la dignité des personnes, je pense qu'il faudrait instaurer une police internationale de la Toile. Je suis pour la liberté, mais aussi pour un « Code de la route » sur le Net ». Et bientôt des radars anti-infraction ? Cette notion de code de la route du Net n’est pas éloignée de la labellisation, un chantier qui revient par vague et qui consiste à estampiller un logo sur les sites de « confiance », selon des critères plus ou moins précis. À moins qu'il ne s'agisse de cette Charte de l'Internaute que concocte le gouvernement.

Les discussions autour du thème très sensible et épineux du filtrage des sites et contenus pédopornographiques, après la pause estivale, devraient reprendre. Morano croit cependant que tout sera prêt dès 2009. « Cela se fait déjà en Norvège, je ne vois pas pourquoi ce ne serait pas le cas en France ».

L’importation de l’exemple norvégien n'est pas si facile

Sur PC INpact, l’un des principaux fournisseurs d’accès français témoignait justement (notre dossier) sur ces exemples étrangers. Leur reproduction en France n'est pas si aisée que cela selon ce professionnel du secteur  :

« actuellement, le filtrage marche dans une configuration bien particulière. Les expériences qui ont été menées, ou déployées, l’ont été typiquement dans des configurations de type intranet, soit un réseau de campus, d’entreprise, etc. En Norvège, au Danemark ou chez les FAI anglais qui le font, les abonnés sont derrière des proxys ou NATés. Dès lors qu’on a un abonné qui n’a pas une IP publique, c’est très facile de filtrer, d’autant plus que sur ces réseaux-là le débit moyen par abonné le permet.

Autre chose : l’expérience norvégienne, c’est 300 000 abonnés… [NDLR : contre 4 millions chez Free, 7 millions chez FT, et 3,5 chez Neuf] Les éléments scandinaves ou anglais sont des pays où les réseaux alternatifs sont beaucoup moins développés. On est sur de la revente, de la mutualisation, équivalente au non-dégroupage chez nous. Vous n’avez alors pratiquement qu’un seul opérateur de raccordement, et la mutualisation se fait au niveau logique. C’est ici relativement facile d’implémenter ces filtrages, car il n’y a qu’un seul interlocuteur.
»

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !