Des milliers d'Anglais seront poursuivis pour partage illégal

Ça va pincer, monseigneur... 104
justice fuzz web 2.0 olivier martinez snutAlors qu'en Allemagne la justice allemande du Land Rhénanie-du-Nord-Westphalie vient de statuer sur le sort des petits pirates, qui n'utilisent pas le P2P à des fins commerciales, en décidant de leur offrir 3000 € de téléchargement ; tout au contraire, outre-Manche, des poursuites judiciaires ont été entamées pour un partage de fichiers frauduleux.

Des milliers de personnes sont en effet suspectées de piratage de films, jeux et musiques, et sont mises en accusation dans un procès, viennent d'expliquer les avocats du cabinet Davenpot Lyons. Ayant saisi la haute cour de Londres, ils veulent contraindre les FAI anglais à donner les noms et adresses de 7000 suspects, qui, en vertu des lois sur le droit d'auteur, pourraient faire l'objet d'une action civile.

David Gore, l'un des avocats, précise que la procédure a déjà commencé contre des citoyens britanniques pris la main dans le réseau de partage. Le cabinet s'est déjà fait remarquer dans ce type d'affaires, puisqu'il avait réussi à faire condamner une femme à 6000 £ de dommages et intérêts et 10 000 £ de frais de justice, pour avoir mis en partage un jeu de flipper, édité par Topware Interactive.

Des millions de pertes pour l'industrie

« Le partage illégal de fichiers est un problème très grave, dont il résulte des millions de livres sterling perdues pour les détenteurs des droits », claironne David. On se souviendra également que le mois dernier, le gouvernement anglais avait passé un accord avec les FAI pour qu'ils envoient des lettres d'avertissement aux internautes indélicats. Une sorte de riposte graduée à l'anglaise...

L'action aura donc de fortes chances d'aboutir dans de telles circonstances, et le cabinet annonce que 25 000 personnes pourraient être incriminées dans le téléchargement de jeux vidéo, avec des plaignants tels que Codemasters, Atari ou Techland. Un règlement à l'amiable leur sera offert, avec le paiement de 300 £ contre l'abandon des poursuites. Une méthode que la RIAA a déjà pratiquée par le passé.

Selon des estimations récentes, près de 6 millions d'Anglais pratiqueraient le téléchargement intensif, provoquant un manque à gagner terrible, estiment les industries concernées.