Mozilla cherche à mettre Canvas dans Internet Explorer

Et surtout, on ne dit pas merci 68
La technologie Canvas a pris de l’ampleur ces dernières années. Créée initialement par Apple et présente dans le moteur de rendu WebKit (utilisé entre autres dans Safari), elle permet d’effectuer des rendus dynamiques à partir d’images Bitmap via des langages de scripts tels que JavaScript. On la retrouve depuis notamment dans le moteur Gecko et donc dans Firefox, et elle devrait normalement être présente dans les spécifications HTML 5 du W3C.

Canvas n’est pas supportée par Internet Explorer 7 et, pour le moment, il n’est pas prévu par Microsoft de l’introduire dans Internet Explorer 8, alors que la prochaine version du navigateur doit justement largement remettre à niveau le support des standards et technologies annexes. D’un autre côté, si on peut juger que la technologie Canvas n’est pas encore présente dans beaucoup de sites, c’est justement parce qu’Internet Explorer ne la supporte pas nativement. Google Maps, qui utilise Canvas, doit utiliser la bibliothèque ExplorerCanvas créée par Google pour contourner le problème.

Contourner les limitations d'Internet Explorer

Le travail de Google consiste à manipuler VML, qui était la réponse de Microsoft à SVG. Mozilla trouve cette solution trop lente et trop coûteuse en performances et a donc décidé de procéder autrement et de créer carrément sa propre implémentation de Canvas au sein d’un contrôle ActiveX. Le développeur Vladimir Vukićević est donc en plein travail et a porté le code même de Firefox, qui reprend la plus grande partie des spécifications de Canvas, dans un tel contrôle.

canvas

Le développeur avertit que l’expérience de navigation est pour le moment pénible, puisqu’à chaque ouverture d’un site utilisant Canvas, l’activation du contrôle ActiveX provoque un avertissement de sécurité qu’il faut valider à chaque fois. Il indique que les « bonnes signatures et les bonnes implémentations des classes de sécurité » devraient « en théorie » permettre au contrôle de fonctionner correctement à terme.

Dans l’absolu, le problème ne sera que contourné. Actuellement, Internet Explorer 7 fait pâle figure en termes de support des technologies du Web quand on le compare à Safari, Firefox et Opera, qui, tous les trois, supportent Canvas. Les choix de Microsoft opérés par le passé étaient basés sur la part de marché écrasante de son navigateur. Cette dernière a largement été érodée par les attaques répétées de Firefox, forçant Microsoft à se pencher sur tout un ensemble de technologies pour Internet Explorer 8.

Screaming Monkey : porter tout le JavaScript de Firefox vers Internet Explorer

Parallèlement au développement de ce plugin, Mozilla travaille sur un autre projet, plus important cette fois : Screaming Monkey. Derrière ce singe hurleur se cache une implémentation complète du futur moteur JavaScript de l’éditeur, développé avec la participation d’Adobe (projet Tamarin). Et Ars Technica se prend d’ailleurs à imaginer que si le père du Flash décidait d’intégrer ce travail dans son lecteur Flash, cette implémentation se retrouverait rapidement disséminée sur la planète.

On trouve décidément deux attitudes dans la communauté du Web en regard de Microsoft : on cherche à se débarrasser d’Internet Explorer et de ses limitations, ou l'on cherche à combler ses manques. L’image de Microsoft dans ce domaine est probablement l’une des plus écornées, et il faut espérer que l’éditeur saura se battre au risque d’être à terme éliminé de la partie.