Publicités et vie privée en débat au Sénat américain

Un minimum d'encadrement avant le dérapage ? 7
Cdiscount Vod publicitésLa publicité sur Internet est monnaie courante, et l’expression « monnaie » est à prendre au sens littéral, tant elle finance une grande partie de ce que l’on peut trouver sur le web. Le Sénat américain a décidé de jeter un œil dans ce secteur, après que certaines informations ont été révélées sur les méthodes utilisées par quelques sociétés pour viser plus précisément les internautes.

Trouver les habitudes des internautes, coûte que coûte

Le Sénat s’occupe plus particulièrement du cas de la société NebuAd, qui a une manière particulière de trouver les informations qui lui permettront de mieux cibler les surfeurs. Elle vend en effet une technologie qui permet d’inspecter les paquets de données envoyés par les fournisseurs d’accès afin d’y repérer les données relatives au comportement des internautes, c’est-à-dire les sites visités, et donc leurs habitudes de navigation. Il faut noter que le problème devenait particulièrement invasif dans le cadre d'accords passés avec les fournisseurs d'accès, car il n'était plus possible d'échapper à la publicité.

NebuAd est déjà dans le collimateur du corps législatif depuis quelques mois déjà. Au mois de mai, la Chambre des représentants avait déjà demandé à l’un des clients de NebuAd, Charter Communications, de ne plus utiliser cette technologie, ce qui a été fait un mois plus tard. Deux autres sociétés, CenturyTel et Wide Out West, avaient prévu d’utiliser les produits de NebuAd, mais ont également changé d’avis.

Entre loi fédérale et autorégulation

L’histoire est au centre d’un débat en cours au Sénat sur la publicité et le respect de la vie privée. Au sein de l’instance gouvernementale, le Comité commercial a d’ailleurs demandé à trois acteurs majeurs dans le monde de la publicité de participer à la réflexion : Microsoft, Google et Facebook. Tandis que NebuAd se défend de collecter la moindre donnée personnelle, le Comité souhaite pour sa part établir un projet de loi « minimum » qui posera les bases de la défense de la vie privée dans le domaine.

Plusieurs opinions s’affrontent évidemment, car tous n’ont pas la même conception de ce que doit être le respect de la vie privée. Il y a par exemple ceux qui estiment qu’un gros travail de sensibilisation doit être fait. C’est le cas du député démocrate Byron Dorgan (Dakota du Nord) qui espère que les internautes auront « l’opportunité de comprendre quel type de trace d’information ils laissent derrière eux », et qui dirigeait d’ailleurs la séance hier.

L'avis de trois concernés : Microsoft, Google et Facebook

Et même si le Sénat travaille sur un projet législatif, la puissante Federal Trade Commission crée en parallèle un ensemble de règles qui, si elles sont suivies, permettrait au marché de se réguler de lui-même, sans intervention majeure de la loi fédérale. Microsoft, relativement favorable à une telle autorégulation, indique que des mesures de respect de la vie privée ont déjà été mises en place il y a un an, et qu’elle poursuivra les efforts en ce sens.

Google, par l’intermédiaire de sa conseillère en vie privée, Jane Horvath, s’est montrée plus précise. La firme explique en effet qu’elle est favorable à l’établissement d’une loi compréhensive à l’échelle fédérale, tout en soutenant également le travail de la Federal Trade Commission. Cette dernière position est aussi soutenue par Facebook, qui a rappelé qu’un point d’honneur était mis à ce que les utilisateurs aient toujours le choix sur les informations publiées ou non. Chris Kelley, responsable de la vie privée dans la société, ajoute cependant que le ciblage précis des publicités participe également à une meilleure expérience en ligne, par opposition à la majorité des publicités très généralistes.

Leslie Harris, directeur du groupe de libertés civiles Center for Democracy & Technology, estime pour sa part que l’autorégulation n’est pas la réponse à tout, et qu’il continuera à militer pour une loi fédérale.
Par Vincent Hermann Publiée le 10/07/2008 à 10:37 - Source : Multiple