Taxe sur les FAI : "la dernière chose à faire" pour Viviane Reding

Mais Viviane, les derniers seront les premiers 72

Jean-François Copé et sa commission préconisaient une taxe de 0,5 % sur le chiffre d'affaires des opérateurs téléphoniques et des FAI, elle sera en fin de compte de 0,9 % en a décidé le Président de la République.

C'est une question de principe

Viviane Reding commissaire européenneEn toute logique, les opérateurs et les FAI ne sont pas ravis, Yves Le Mouël, directeur général de la Fédération française des télécoms, allant jusqu'à annoncer que « si elle est votée, cette taxe aura des lendemains difficiles ! ».

Viviane Reding, la fameuse commissaire européenne responsable de la société de l'information et des médias, n'est pas non plus particulièrement exaltée par cette future taxe. Interrogée par Les Échos, la commissaire européenne a ainsi montré sa totale désapprobation à une telle taxe, les pays européens ayant besoin d'encourager les investissements dans les communications, et non l'inverse.

« La dernière chose à faire est de taxer les opérateurs. C'est là-dessus que j'ai exprimé de très forts doutes quant aux instruments proposés par le rapport Copé. Le problème n'est pas le niveau de la taxe, c'est une question de principe. »

Fibre optique : inciter à investir

Outre ce sujet sensible, notre confrère des Échos a abordé, en compagnie de Viviane Reding, la question des coûts sur le marché de la téléphonie mobile, des SMS aux prix de gros. Mais nous nous intéresserons particulièrement à la dernière question sur la fibre optique.

Ainsi, pour la commissaire européenne, il n'y a plus de temps à perdre, et la concurrence devra pleinement jouer son rôle afin de développer au plus vite la fibre optique. « Il n'y aura ni vacance réglementaire ni nouveau monopole. »

Et Viviane Reding de vanter l'Italie, où, chose inconcevable il y a encore quelques années, l'opérateur historique loue le réseau d'un opérateur concurrent. Mais, malgré la concurrence assez importante en Europe en matière de fibre optique – en France, Free et Neuf Cegetel commencent certes lentement, mais ils sont néanmoins présents – la commissaire compte « créer des incitations à investir ».

« Une société non connectée, c'est une société sans croissance » conclut-elle son interview, ceci sans rapport à la loi Hadopi et à la riposte graduée bien évidemment.