Piratage de film : la team Cinefox décapitée

L'ALPA fait un carnage chez Cinefox 98
cinefox carnage team film divx torrent ALPA Dans un communiqué interne, l’ALPA, association de lutte contre la piraterie audiovisuelle, a donné quelques détails sur une opération récente dans le milieu du piratage de film. Cette opération a concerné le démantèlement de Cinefox, groupe spécialisé dans la première mise en ligne de films piratés depuis 2005.

« Les fichiers « pirates », mis à disposition sur ses serveurs, provenaient : de captations frauduleuses en salles de l’image et du son (camcording), de DVD non encore sortis en France, de DVD promotionnels étrangers sur lesquels était synchronisée une piste sonore francophone enregistrée en salle de cinéma » explique l’ALPA dans ce communiqué envoyé à ses seuls sociétaires. L’association, qui parle d’une action menée au plus haut niveau de la pyramide, explique en outre que cette organisation était « à l’origine d’une grande partie des films piratés en langue française qui circulent sur les réseaux P2P comme « JCVD », « 48 heures par jour », « Deux jours à tuer », « Phénomènes », « Sex and the City »… Le « professionnalisme » et le cloisonnement de ce groupe ont rendu très difficile leur identification ».

En collaboration avec les services de police, l’ALPA avait transmis les résultats de ses enquêtes en mai 2007 à la Brigade Centrale de Répression des Contrefaçons Industrielles et Artistiques (BCRCIA), procédure suivie de l’ouverture d’une information judiciaire auprès d’un juge d’Instruction au TGI de PARIS. Les opérations ont été menées ce 17 juin à Strabourg, Montpellier, Lyon, et ont tissé leurs ramifications au Canada, en Hollande, en Suisse et en Belgique, et jusqu’à d’autres « team » comme l’une d'entre elles dénommée Carnage. En tout, trois administrateurs de CINEFOX ont été arrêtés. « Le principal [administrateur] était spécialisé dans la captation frauduleuse du son et de l’image en salle dans la région de Montpellier ».

Dans son courrier, l’ALPA indique encore à ses sociétaires que « plusieurs centaines de serveurs d’autres « teams » (groupes) pirates en relation avec CINEFOX ont été identifiés chez différents hébergeurs en France et à l’étranger. Certains correspondent même à des espaces hackés, c'est-à-dire utilisés à l’insu de leurs propriétaires. Compte tenu de l’ampleur des films présents et du matériel saisi, un décompte précis n’a pu être réalisé à ce stade des opérations, mais plusieurs milliers d’œuvres sont concernées ».

La capacité de stockage des serveurs identifiés, affirme l’ALPA, irait jusqu’à 60 To, soit 88 000 films DIVX. « L’enquête va se poursuivre à partir de nombreuses identifications relevées lors des perquisitions » explique encore l’ALPA.