Vente liée : début du procès de l'UFC-Que Choisir contre Darty

Après la Darty box, le box 314
dartyC’est demain, à Paris, que s’ouvrira un nouveau procès en matière de vente liée PC et OS. Cette fois, ce n’est plus un simple particulier qui attaque un fabricant ou un distributeur, mais l’UFC Que Choisir qui s’en prend à Darty. Autant dire, une étape importante pour les adversaires de ces ventes d’ordinateurs avec système préinstallé.


Darty d'abord, Auchan et HP ensuite

L’association avait assigné en 2006 les sociétés Hewlett Packard, Auchan Bagnolet et justement un des magasins Darty, celui des Halles, sur le chef de vente liée illicite. Le procès contre Darty est le premier des trois volets attendus. « Nous avons procédé par constat d’huissier sur requête, nous indiquait alors l'UFC, avant l’assignation, on [a] fait une liste de constatations à faire pour l’huissier, validée par le tribunal. L’huissier pose ensuite les questions. Il s’agissait par exemple de constater qu’on ne peut acheter un ordinateur sans logiciel. Dire quel OS était pratiquement installé. Dire que le prix donné était le prix global, non le prix détaillé, etc. »

Contre les racketiciels

Deux demandes principales soutiennent l’action de l’UFC : que les consommateurs puissent acheter un ordinateur débarrassé d’un OS encombrant et qu’ils puissent faire le choix des logiciels qu’ils souhaitent installer. Derrière, c’est ce principe d’« optionalité » qu’on retrouve dans les revendications inflexibles de Détaxe, un groupe constitué pour lutter contre ce qu’il nomme les racketiciels. En activant (ou non) les logiciels préinstallés via la remise (ou non) par le vendeur des clés d’activation, l’acheteur pourrait être éclairé sur ses choix, là où ne résident jusqu’alors qu’ombre et brouillard.

Remboursement, le guide du routard

Pour l’heure, casser la chaîne PC et OS prend surtout l’apparence d’un chemin de croix avec passage en justice presque inévitable lorsque le professionnel fait la sourde oreille, ou ne joue pas le jeu via un montant de remboursement ridiculement bas, ou des procédures complexes. C’est pour faciliter ce parcours semé d’embûches que le groupe Détaxe a édité un guide du remboursement - peaufiné en version 2.0 - et aidant à obtenir l'annulation du trop payé. « Le guide a un certain succès puisqu'on tourne a environ un cas par jour, et j'entends par "un cas" une personne qui se manifeste avec la ferme volonté de se faire rembourser en suivant le guide » nous confie Alain Coulais, du groupe Détaxe de l’Aful.