Déposer une plainte sur Internet sera bientôt possible

Enregistrer sa déposition sur la toile deviendra l'été prochain une réalité pour les Français. Selon Le Figaro, le portail du ministère de l'Intérieur permettra aux internautes de déposer plainte, ou plus précisément d'établir un premier contact avec la gendarmerie, avant d'aller plus loin. Un projet qui devrait faire exploser les dépôts de plaintes, alors que de nombreux citoyens hésitent à se rendre dans une gendarmerie ou un commissariat, notamment pour des faits mineurs.

Toutes les plaintes ne pourront pas être enregistrées

gendarmerieCette gendarmerie virtuelle, qui disposera dans un premier temps d'un budget de 5 millions d'euros, ne sera cependant pas un portail à délation, Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur en charge de ce projet, souhaite en effet que chaque internaute soit bel et bien identifié, comme s'il se rendait dans une véritable gendarmerie. Donner son numéro de carte d'identité (ou équivalent) devrait donc être obligatoire.

Concrètement, le portail pourra enregistrer dès cet été les plaintes liées aux vols et aux actes de vandalisme, avant de s'élargir à la plupart des atteintes aux biens révèle Le Figaro. Ce dernier précise cependant que « les faits de violences, comme les coups et blessures volontaires, seront a priori écartés, car ils nécessitent un traitement personnalisé ».

Une préplainte virtuelle, avant une véritable plainte à la gendarmerie

Pour déposer votre plainte virtuelle, il vous suffira de compléter un document fourni par le portail du ministère, où vous devrez notamment préciser le type d'infraction, décrire cette dernière, estimer le préjudice subit, etc. Ceci fait, la police ou la gendarmerie (selon les cas) vous contactera afin d'établir un rendez-vous. Cela permettra un gain de temps non négligeable, puisque non seulement la police (ou la gendarmerie) aura déjà étudié votre dossier avant votre arrivée, mais de plus, vous n'aurez pas à patienter 107 ans avant d'être reçu.

Ce nouveau service aura-t-il pour conséquence une explosion des dépôts de plaintes ? Pour le ministère de l'Intérieur, cela ne fait aucun doute. Il s'attend d'ailleurs à plusieurs centaines de milliers de plaintes lors de l'ouverture du portail, à l'instar de l'expérience vécue par nos voisins européens (notamment en Espagne et en Italie).

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !