Fibre optique dans les Hauts-de-Seine : où et à quels tarifs ?

Des tarifs de gros très variables 74
épissure gpon france télécom fibre optiqueL’Assemblée des Hauts-de-Seine, on le sait, a choisi Numéricable – LD Collectivités – Eiffage comme délégataire chargé de la mise en place et de l’exploitation de la fibre optique dans le département (notre actualité).

Le déploiement se fera en deux phases : une première tranche est prévue pour 2010 avec 36 communes partiellement fibrées, puis un objectif de raccordement à 100% en 6 ans, d’ici 2013. Au total, plus de 800 000 prises chez les particuliers comme les professionnels sont concernées.

Liste des 36 villes concernées

Le conseil général nous a confié la liste des 36 communes visées par la première tranche. Il s’agit :

Antony , Châtenay-Malabry , Sceaux , Bourg-la-Reine , Bagneux , Fontenay-aux-Roses , Le Plessis-Robinson , Clamart , Châtillon , Montrouge , Malakoff , Vanves , Issy-les-Moulineaux , Boulogne-Billancourt , Meudon , Sèvres , Chaville , Ville-d'Avray , Saint-Cloud , Marnes-la-Coquette , Vaucresson , Garches , Rueil-Malmaison , Suresnes , Puteaux , Nanterre , Colombes , La Garenne-Colombes , Bois-Colombes , Courbevoie , Neuilly-sur-Seine , Levallois-Perret , Clichy , Asnières-sur-Seine , Gennevilliers , Villeneuve-la-Garenne ,

Quant aux tarifs qui pourraient être pratiqués, Martin de Mijolla, responsable des systèmes d'information du Conseil Général des Hauts de Seine, nous a indiqué : « Nous sommes dans des prix de gros qui permettent de concurrencer l’offre ADSL ». Au plan des prix de gros, l’intéressé évoque les 10 euros HT par abonné, « mais le catalogue tarifaire est riche et complexe car beaucoup d’éléments sont optionnels. Le tarif dépendra en définitive du nombre de lignes commandées par le FAI au délégataire, la technologie choisie, les service associés, etc. c’est une centaine de services qui peuvent faire varier ce prix. Nous arrivons au final 10 euros modulo plus ou moins quelques euros ».

D’autres sources parallèles nous évoquent un tarif de gros bien plus haut par l'abonné (20 euros HT, soit près de 24 euros TTC et un prix final chez l’abonné (FTTH) autour de 40 euros. Mais ces données nous ont été infirmées par M. de Mijolla qui table pour un tarif final autour de 30 euros.

Reponses aux contestations

Quant aux contestations apparues sur ce dossier et l'aide publique apportée par la région, la réponse est claire : « notre objectif est de rendre raccordable plus de 800 000 prises. Des acteurs préfèrent un petit morceau de territoire où ils sont tranquilles plutôt que de se confronter à ce marché de masse. Le vrai enjeu sera de passer au très haut débit le plus rapidement possible et je m’inscris en faux à la récente déclaration de Colt sur France 3 Ile de France qui met en doute l’opportunité de basculer ces plus de 800 000 lignes en très haut débit !».

La Commission européenne doit encore accorder son feu vert à l’aide public du Conseil Général. « En théorie, cela peut prendre deux mois, mais pour Amsterdam où le projet était moins vaste mais où la part public était plus importantes, il a fallu attendre 8 ou 9 mois ». Sur ce point, Martin de Mijolla précise encore : « dire que l’aide de 20% du Conseil général va subventionner le déploiement dans les zones où tout le monde va, n’est pas vrai. La commission le verra ».

Le projet développé dans ce très riche département pourra selon les pronostiques de l’intéressé être applicable dans d’autres départements, tout au moins en zone urbaine dense. Il s’agira avant tout de réenclencher les investissements majeurs au profit de ce déploiement tout en réunissant des conditions de départ idéales.