Les ventes d'albums CD en baisse de 20 % pour les fêtes

Les ventes de CD baissent continuellement, ce n’est pas une nouveauté en soi. Mais les fêtes de fin de cette année auront prouvé encore une fois que la musique emprunte désormais la voie du tout-numérique dans le cœur de bien des acheteurs.

Presque 20 % de ventes en moins cette année pendant les fêtes

Selon les chiffres communiqués par Nielsen Soundscan, 83,9 millions d’albums CD ont été vendus dans la période qui s’étend de Thanksgiving (quatrième jeudi de novembre) à la veille de Noël. Bien que le chiffre puisse paraître important, il est inférieur de plus de 18 %, à hauteur de 21,4 millions d’albums, aux chiffres de l’année dernière, pour la même période. Que s’est-il passé ?

ventes cd albums

Comme on peut le voir sur ce graphique créé à partir des sources fournies par la RIAA, la MPAA et le NPD Group, les ventes d’albums sont en baisse constante depuis des années, pour un total de 11,6 %. Il s’agit donc là d’une accélération de cette tendance, mais le phénomène pouvait dans les grandes lignes être prédit, car les signes avant-coureurs ne manquaient pas.

disque CD vynile Abba LibreLa grande débarquement de la musique sans DRM

Chaque pays dispose de raisons spécifiques qui expliqueront plus en détail le ralentissement des ventes (la TVA à 19,6 % en France par exemple), mais le plus grand ennemi officiel de la musique sur « galettes » est bien sûr la musique numérique, sans parler évidemment du piratage.

Ce dernier est très régulièrement mis en avant par les majors et la RIAA, comme responsable en majeure partie de l’effondrement des ventes de CD. Les pertes ne seraient d’ailleurs rattrapées, pour le moment, que dans une moindre mesure par les offres légales de téléchargement.

Si l'on ne s'attache qu'à la musique dite légale, l’explosion des offres en ligne témoigne de l’engouement du marché et des consommateurs. Mais au sein de ces mêmes offres, c’est encore une fois la très forte augmentation du contenu non protégé par des DRM qui marque un tournant.

Des firmes telles que Warner sont contraintes de s’adapter tellement la baisse des ventes d’albums CD change radicalement la donne et les résultats financiers. Warner, bien que grande défenseuse des DRM, a bien dû accepter leur retrait des titres vendus sur Amazon, comme une nécessité imposée par le marché qu’elle a contribué à créer.

Sur la question de la présence ou non de DRM, il y a encore un certain manque de recul pour savoir dans quelles proportions leur disparition influe sur les ventes. Les premiers chiffres fournis par Apple peu de temps après le lancement de l’offre « iTunes Plus » montraient tout de même de très fortes augmentations (jusqu'à 350% pour l'album Dark Side of the Moon des Pink Floyd). Toutefois, cette offre s’accompagnait en même temps d’une hausse de la qualité de la compression, en passant de l’AAC 128 Kb/s au 256 Kb/s, ce qui ajoute un paramètre.

Un chamboulement des habitudes

itunesL’offre numérique stimule d’un côté et transforme de l’autre. Lorsque l'on se rend dans une boutique quelconque, on ne peut pas acheter un seul titre, car on ne peut qu’avoir le CD complet. Sur iTunes et les autres boutiques en lignes qui le permettent,  l’acheteur a la possibilité de choisir une ou deux chansons précises qui l’intéressent.

Le risque est ici de favoriser d’un côté les titres les plus souvent entendus à la radio, et de l’autre forcer les artistes à ne pas remplir leurs albums de chansons « bouche-trous » comme cela se voit parfois.

Source du graphique : Ars Technica

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !