La France compte 14,05 millions d'abonnés ADSL

14 millions, et toi, et moi, et nous ? 59
En attendant le déploiement du Wimax (voir notre dossier), l'ADSL poursuit son bonhomme de chemin à son rythme, même si ce dernier décline depuis deux trimestres maintenant. Il ne s'agit pour l'instant que de chiffres provisoires pour le troisième trimestre 2007. L'Arcep est d'ailleurs incapable de nous fournir le nombre d'abonnés au haut-débit, toutes technologies comprises, la faute à Numéricable, qui « n’a pas communiqué à l’ARCEP les informations nécessaires à la production de cette publication » explique la fameuse autorité française. Au total, selon l'Arcep, les abonnés ADSL ont légèrement dépassé les 14 millions, soit 500 000 de plus qu'au deuxième trimestre.

Arcep ADSL 3T 2007

Comme vous pouvez le remarquer, la France gagnait auparavant chaque trimestre près d'un million d'abonnés ADSL supplémentaires. Ce n'est plus le cas depuis le deuxième trimestre. Un ralentissement logique, parfaitement illustré par la croissance sur un an, passant de 40,1 % l'année dernière à 26 % cette année.

Plus de 4 millions de foyers ont quitté France Télécom

Autre information de taille fournie par l'Arcep, le nombre de foyers intégralement indépendants de France Télécom, à savoir les dégroupés totalement et ceux ayant choisi l'ADSL nu, sont désormais 4,88 millions. Quant aux foyers abonnés partiellement, c'est-à-dire ceux encore en contrat avec France Télécom, ils sont désormais au nombre de 1,621 millions.



Concernant le dégroupage, l'Arcep précise qu'au 30 septembre 2007, « 2 675 répartiteurs étaient dégroupés par les opérateurs alternatifs, leur permettant de desservir en dégroupage près de 66% de la population ». Un pourcentage qui devrait croître sensiblement dans les mois et années à venir, puisque près de 100 nouveaux NRA sont dégroupés chaque mois, soit tout de même près de 200 000 foyers.

98 % de la population raccordables par xDSL

Alors que de nombreuses voix se lèvent pour alerter le gouvernement du retard français en terme de nombres d'internautes en France (près de la moitié des Français n'est pas encore connectée), l'Arcep explique que « toutes les lignes téléphoniques, métropole et DOM, sont aujourd’hui théoriquement raccordables en DSL. Cependant, les lignes téléphoniques trop longues ne peuvent supporter de services haut débit DSL. Le taux de couverture réelle de la population en haut débit DSL se situe ainsi aux alentours de 98%, les 2% restants correspondant aux « zones blanches » du haut débit DSL ».



La carte ci-dessus montre que la technologie xDSL est disponible dans une très grande partie du territoire français, seules les zones roses n'étant pas concernées. On remarque tout de même que les zones dégroupées touchent principalement l'Île de France, l'Alsace, le département des Pyrénées-Atlantiques, ainsi qu'une partie de la Lorraine, de la Normandie, du Centre, du Nord-Pas-de-Calais, du Rhône-Alpes, et de la Provence Alpes Côtes d'Azur.